Interview Komori - Le séchage offset instantané a dynamisé le marché

Interview de Philippe Fiol, président de Komori France qui dresse un bilan de l'année 2013 et trace les perspectives 2013 pour GraphiLine.

GraphiLine a rencontré Philippe Fiol, président de Komori France, filiale du constructeur nippon de presses offset et numériques pour le secteur des Industries Graphiques et de l'imprimerie. Il nous dresse le bilan de l'année 2012 et nous présente ses perspectives 2013.

Philippe Fiol, l'année 2012 était une pannée particulièrement riche pour Komori, entre le positionnement de l'offre H-UV, votre technologie de séchage offset instantané, des technologies pour l'emballage et le lancement d'une gamme de presses numériques très ambitieuse. Qu'en a t-il été pour vous d'un point de vue économique ? 

Philippe Fiol - Il faut savoir que Komori fête ses 90 ans en 2013 et que les économistes disent que 30 ans, c'est généralement la fin d'un cycle et le début du suivant. Je dois dire qu'aujourd'hui, nous nous situons dans le démarrage d'un nouveau cycle pour Komori, dans le sens ou nous avons développé de nombreuses nouveautés en numérique, un nouveau concept d'impression offset avec H-UV et de nouveaux services pour nos clients. 2012 a donc été une année charnière pour Komori, très chargée. Au niveau économique, nous avons plutôt bien clôturé cette année, puisque nous nous partageons le marché offset avec un concurrent principal sur le demi-format, avec une augmentation de nos ventes sur ce segment, sachant que dans le format 40, nos ventes sont également en progression. 


philippe_fiol_-_komori_france_-_photo_n._venance_400


A quoi attribuez-vous cette performance commerciale ?

PF - Principalement au lancement de notre technologie de séchage offset instantané H-UV. Cette technologie va très rapidement représenter 50% de nos ventes, parce qu'elle apporte des avantages très forts en un seul passage, tant en impression recto-verso, qu'en impression à la demancde, avec des machines très simples, ou au contraire pour des produits très élaborés, sur des supports fermés ou au contraire ouverts, réputés difficiles. On a une très forte demande de diversification de la part de nos clients qui veulent avoir de nouveaux types de produits à vendre pour rétablir leurs marges. Entre la technologie H-UV et le numérique, notre offre de solutions est particulièrement riche.


L'an dernier, vous avez présenté une première presse numérique en partenariat avec Konica-Minolta. En 2014, elle se verra complétée par 2 nouvelles presses numériques industrielles. Quel est l'accueil réservé à cette élargissement de gamme de la part de vos clients ?

PF - Komori doit s'adapter à un nouveau marché, celui du numérique et nous devons remercier Konica-Minolta pour le soutien qu'ils nous apportent dans ce domaine avec l'Impremia C80. Nous avons de nombreuses affaires en cours dans ce domaine, ce qui est nouveau pour nous. Notre démarche dans le numérique est de proposer une solution globale aux imprimeurs, à l'instar de ce que nous faisons dans l'offset. Le numérique se positionne idéalement en complément de nos technologies classiques et H-UV. Nous disposons déjà de sites communs Konica-Komori. La double technologie offset-numérique apporte une valeur ajoutée considérable aux imprimeurs et c'est très motivant d'aider les imprimeurs à s'incrire dans cette évolution. D'autant plus que nos prochaines presses numériques industrielles, en particulier l'Impremia IS29 qui est une presse numérique 4 pages H-UV UV devrait faire parler d'elle, dans l'impression commerciale et le packaging !


Dans ce contexte, comment anticipez-vous l'année 2013 ?

PF - Je pense que l'année 2013 sera très difficile d'un point de vue économique. On a des taux de chômage importants en Europe du Sud que nous couvrons depuis la France. En France, l'économie sera un peu compliquée cette année. Il y a toutefois un retour à la nomalité du commerce. Il y a eu ces derniers mois beaucoup de dépôts de bilans et de fusions d'entreprises qui ont recréé des potentiel forts. Les moyens de financement reviennent. Il faut donc rester prudent mais quand on voit les carnets de commandes et les prévisions de vente, les intérêts suscités auprès des imprimeries par notre technologie H-UV, de nouveaux débouchés qui s'ouvrent à nous dans l'emballage, tout cela devrait nous permettre de réaliser une année 2013 en ligne avec 2012, qui était une année Drupa mais une année économiquement difficile.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...