Pour contrecarrer la crise, une Scop dans l’imprimerie

Hélio Corbeil, imprimerie mise en redressement judiciaire en 2011, revient de loin

Pour monter ce projet et sauver 80 emplois, il a fallu de l’argent, de l’aide de la région et de fonds privés, et surtout... y croire.

Car il s’agissait d’un sacré défi pour ces salariés et leur délégué syndical, notamment pour passer du statut de salarié à celui de « patron », avec toutes les conséquences que cela a entraîné. 

En trois mois, les décisions cruciales étaient prises, par les salariés eux-mêmes, conscients du fait qu’il s’agissait de la seule solution pour sauver leur entreprise, et donc leurs emplois : les deux tiers des salariés investissent leur prime de licenciement et un quart de leur salaire annuel dans la création d’une Scop, Société Coopérative et Participative :  au départ, ce n’était pas gagné : il a fallu mettre en jeu des fonds personnels, envisager les choses sous un angle différent… et s’endetter, avec l’aide de la Région, du Crédit coopératif et de Dassault.

Pourtant, deux ans après le démarrage de cette aventure, le bilan est plutôt positif, avec plus de dix nouveaux embauchés et des émules, notamment le site Goodyear d’Amiens Nord, qui envisage cette solution. 

Plus d'articles sur les chaînes :

Essonne
Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...

Actualités de l'entreprise