Petit florilège de commentaires d’exposants, recueillis au Salon du Livre

La crise économique a la vie dure, les traditions aussi, et il est de tradition en France de n’être jamais content. Pourtant, la soirée inaugurale du Salon du Livre a été un « événement plutôt gai » de l’avis de beaucoup, même si certains professionnels n’hésitent pas à mettre les pieds dans le plat.

On profite d'un petit creux dans la fréquentation du stand pour discuter, tout en veillant, du coin de l'oeil...les propos sont légers, parfois teintés d'ironie : « Untel, on ne sait pas s’il sera là l’an prochain ! », mais il y a plus sérieux.

Quelques exemples des propos recueillis, dans la bonne humeur...

gh221

Ainsi, cet éditeur de beaux livres, selon lequel « c’est très difficile surtout depuis six mois, et il n’y a pas une seule famille qui n’ait pas son chômeur, en plus des parents et des enfants à aider… »

Ou cet imprimeur, fataliste, qui assure que ça a redémarré pour lui, car il s’est diversifié, « mais on ne sait pas si cela va durer ».

Et enfin, surtout, ce spécialiste du livre qui avoue avoir perdu beaucoup de clients, et ajoute « on est passé à autre chose. Le livre, pourtant, cela représente quelque chose, une histoire… ».

gh221

Et combien de professionnels qui avouent délocaliser leurs travaux d’impression « pour les travaux qui demande beaucoup de façonnage », ou « parce que cela nous revenait trop cher », ou tout simplement « parce que c’est devenu courant, il faut être réaliste », sans compter ceux qui refusent d’en parler.

Laissons le mot de la fin à cet éditeur qui dit qu’on ne trouve plus de professionnels dans les méthodes traditionnelles comme la gravure, le plomb, mais qui continue autrement, parce que c’est une passion.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...