Le collector 2013 d’Arctic Paper, douze poèmes de Baudelaire

Un collector commenté par Diane de Selliers, illustré par Alain Bonnefoit et imprimé chez Hémisud.

Le collector de cette année, ce sont douze poèmes sélectionnés par Léo Ferré dans Les Fleurs du Mal de Baudelaire. 

Pour le Salon du Livre, vous éditez donc un ouvrage collector ? 

Daniel Wormeringer (Arctic Paper) - Un ou deux, en partenariat avec un imprimeur. 

Cela se passe à votre initiative ? 

DW - Oui. Je m’occupe de trouver l’artiste et le sujet . Par le passé, j’ai voulu laisser l’imprimeur s’en occuper mais à chaque fois, j'ai fini par reprendre les opérations. Les imprimeurs préfèreent en effet se concentrer sur leur coeur de métier. Hémisud a fait un travail remarquable pour ce collector.

Vous faites ce travail d'édition en tant que papetier ? 

DW - J’ai fait l’Ecole Estienne ! et je travaille toujours en partenariat avec mes clients.  Il est donc facile pour moi de voir ce qui est bien ou non pour mes papiers.

Avec ce collector, nous faisons la promotion du G Print  (couché mat), avec un sujet vivant : douze poèmes de Charles Baudelaire choisis par Léo Ferré et illustrés par Alain Bonnefoit.  

Un recueil de poèmes de Baudelaire, choisis par Léo Ferré et illustrés par Alain Bonnefoit, avait paru aux éditions d’art Les Heures Claires, sous la houlette de Daniel David.

Nous avons dans notre collector une très bonne chronologie établie par Diane de Selliers. Et j’ai en quelque sorte fait un clin d’œil à Baudelaire qui, de son vivant, avait cherché à faire venir des gens autour de son œuvre en Belgique, et n’était parvenu à réunir que dix-sept personnes. J’en ai rassemblé quatre cents. J’en suis très heureux pour lui. 

Et j’ai obtenu de la veuve de Léo Ferré l’autorisation de publier un texte du chanteur, qui parle de Baudelaire. C’est donc un texte qui revient à la surface, et c’est Baudelaire revisité.

Comment avez-vous présenté cela visuellement ?

DW - Le texte imprimé en trois couleurs, toujours en correspondance avec les dessins, avec Justine Cordes, graphiste, représente une très belle réussite technique pour l’imprimerie Hémisud. Le rendu est parfait. 

Il faut également souligner la qualité des dessins et les techniques très particulières utilisées par Alain Bonnefoit. Il utilise notamment le Sumi-e, une technique venue d’Asie.

La création de ce livre, c’est donc une belle histoire.

DW - Une histoire qui ne peut pas démarrer avant octobre, et qui doit impérativement être terminée pour le salon !

Pour ce collector, nous avons eu le premier rendez-vous avec l’auteur le 15 novembre ! ensuite il y a eu le travail avec la graphiste. Et maintenant, les dédicaces…

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...