Verbatim - les crédit bailleurs devraient contacter les constructeurs lors des cessions anticipées de contrats

Verbatim de GraphiLine, toute l'actualité de l'imprimerie en direct du terrain, et sans commentaires, avec aujourd'hui une problématique liée à la reprise anticipée des contrats de crédit bail de presses offset...

"La problématique aujourd'hui dans cette période tendue économiquement, est que l'on a du mal à trouver les financements pour des matériels d'imprimerie, notamment des presses offset. Par ailleurs, les crédits bailleurs, quans ils ont un incident avec l'un de leurs clients, qui entraîne une reprise anticipée de machine, gèrent la revente de la machine par le biais d'intermédiaires, sans faire appel ni au constructeur ni à l'importateur. Si le crédit bailleur a une défaillance avec un imprimeur détenant une presse de la marque A, il ne semblerait pas anormal que le crédit bailleur se tourne vers le constructeur ou l'importateur de ladite presse pour essayer de la revendre. Très souvent, les banques font appel à des intermédiaires plus ou moins connus, voire quasiment des indépendants, qui leur proposent un prix de reprise étonnament bas. Cela implique une perte importante pour la banque qui n'en a cure, de façon étonnante, et la remise sur le marché de presses à des prix sacrifiés, d'ou une concurrence totalement déloyale ! Ensuite, les banques ont beau jeu de dire que l'imprimerie est un secteur difficile à financer, quand elles ne font rien pour minimiser leurs éventuelles pertes, en travaillant avec des acteurs sérieux ! Il paraitrait logique que les crédit bailleurs tissent des relations étroites avec les constructeurs et les importateurs pour le bien de la filière. Il est déjà difficile de signer un bon de commande aujourd'hui, et trouver un financement ensuite l'est encore plus !"

Un professionnel des industries graphiques - Paris, le 26 mars 2013 - 14h19

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...