Potion douce-amère pour l’imprimerie Lefrancq à Candé (49)

Redressement judiciaire pour le producteur d’emballages pharmaceutiques : encore une pilule à avaler.

L’entreprise avait déjà été placée sous procédure de sauvegarde en 2008, pour étaler le paiement de ses dettes. Aujourd’hui les remboursements du plan de sauvegarde s’avèrent difficiles à honorer, et l’imprimeur est en redressement judiciaire

Le tribunal de commerce d’Angers a en effet prononcé le redressement judiciaire le 6 mars dernier pour l’entreprise candéenne pour six mois, ce qui devrait lui donner le temps de souffler et de reprendre la maîtrise de sa rentabilité. Car l’imprimerie a bien des atouts dans sa besace : certifiée ISO 9001, elle est aussi certifiée FSC, ce qui lui permet de correspondre à la plupart des exigences de ses donneurs d’ordre. Elle a également un parc machines adapté et des clients renommés et fidèles, ce qui devrait lui permettre de remonter la pente sans trop de dommages.

Il n’empêche. Pour les 104 personnes que compte aujourd’hui l’entreprise, la situation actuelle doit avoir un goût de déjà-vu.

gh234_image_1_400_02

L’imprimerie Lefrancq produit des étuis en carton pour les industries pharmaceutiques et cosmétiques, ainsi que des étiquettes destinées au secteur de l’agroalimentaire.

Plus d'articles sur les chaînes :

Maine-et-Loire
Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...

Actualités de l'entreprise