La SIRC, deux ans après

Il y a deux ans, la SIRC, le premier relieur français était reprise après avoir traversée une grave crise.

GraphiLine a rencontré Jean-Luc Desmoulières, directeur commercial de la SIRC (Société Industrielle de Reliure et de Cartonnage) qui nous présente la société, deux ans après cette reprise exemplaire.

Jean-Luc Desmoulières, il y a deux ans, la SIRC sortait de grosses difficultés par une reprise encouragée par toute la filière graphique. Qu'en est-il aujourd'hui ?

Jean-Luc Desmoulières - Aujourd'hui, la SIRC, c'est une entreprise qui est en ordre de marche. La société a tout d'abord été recapitalisée, près de 800 000 euros de capital, par de grands actionnaires qui nous ont fait confiance. La société s'est totalement réorganisée, passant de 250 à 80 salariés. Depuis, nous avons réembauché 18 collaborateurs afin de répondre à la demande. En terme d'activité, nous devrions réaliser cette année un chiffre d'affaires d'environ 10 millions d'euros. 

Donc plutôt un bon redémarrage ?

JLD - Oui, cela n'a pas été facile mais nos clients nous ont fait confiance et c'est quelque chose qui fait chaud au coeur ! Deux mois à peine après la reprise, notre activité était revenue à un niveau "normal". En deux ans, sous la conduite de Florence Maurice, notre présidente, qui nous a apporté toute son expertise dans la finance et les RH, nous nous sommes profondément réorganisés, avons modernisé certaines machines, en avons acquis de nouvelles car dans notre métier, la reliure, il est important de coller aux attentes du marché, avec un niveau de productivité élevé. 

La SIRC, c'est quoi concrètement pour un imprimeur et un éditeur ?

JLD - La SIRC, c'est une très grosse capacité industrielle dans le domaine de le reliure, avec une quinzaine de lignes de produits, notamment les dictionnaires et les ouvrages épais. Nos lignes de couture ont été modernisées, nous disposons des différentes technologies de passure en colle dont tout le monde ne dispose pas, notamment les passures en colle froide qui permettent de donner aux ouvrages de très beaux arrondis, une belle souplesse et une grande résistance. Nous avons de nouvelles couverturières qui nous permettent de travailler des cartes assez fines pour faire des agendas, avec des papiers en 120 ou 135 grammes par exemple. On travaille aussi le cuir brut avec des veaux de grands tanneurs français, à des prix qui sont très loin des prix que l'on pourrait imaginer habituellement. Nous travaillons aussi beaucoup sur l'intérieur des ouvrages, pour proposer aux imprimeurs et aux éditeurs, des solutions pour rendre l'ouvrage plus pratique à la lecture. On peut parler des encoches, de la perforation, des dépliants ou posters. Nous disposons ainsi d'une technologie intégrant un poster de façon automatique dans un livre. 

La différenciation par l'écoute du marché ?

JLD - Tout à fait. Nous essayons de nous adapter au mieux aux attentes du marché, à la demande des éditeurs, tout en étant très en lien avec les imprimeurs. La SIRC, c'est une entreprise moderne, équilibrée, proactive, à l'écoute du marché et très compétitive !

Plus d'articles sur les chaînes :

Aube
Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...