L’imprimerie, les arts graphiques et le handicap

Quand la personne en situation de handicap est la personne de la situation.

Les choses évoluent, lentement mais sûrement. C’est l’information qui permet de faire bouger les mentalités. Cela fait longtemps que des personnes handicapées, par le biais des ESAT, réalisent de petits travaux d’imprimerie, de façonnage et de routage, qui leur sont couramment confiés par des entreprises désireuses de voir augmenter leur pourcentage d’emploi de personnes handicapées.

Ces travaux peuvent être vus comme une concurrence déloyale aux imprimeurs. Mais il existe des domaines particuliers dans lesquels le travail, et même l’expertise de personnes en situation de handicap est précieuse.

Ainsi dans la région de Lyon, ces étiquettes de vin avec une surimpression en braille, imprimés dans un ESAT employant des malvoyants, les plus qualifiés pour juger de la lisibilité de ces étiquettes !

Ou encore ces dessinateurs un peu particuliers, pour tout dire autistes, mais surdoués pour le dessin, employés à Angoulême par un ESAT qui accueille différentes sortes de handicaps à l’initiative de l’association Hippocampe.

A Cholet (49) avec Qualéa, c’est carrément une entreprise dédiée au façonnage en imprimerie qui accueille 37 personnes handicapées (sur 45), pour l’activité classique de toute entreprise, avec les mêmes soucis que les entreprises de façonnage traditionnelles : il a donc fallu diversifier, pour pérenniser l’activité.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...