Les applications médicales de l’impression en 3D

L’impression en trois dimensions permet aujourd’hui de créer un tissu pouvant « reproduire » certaines fonctions du corps humain et donc remplacer ou compléter des tissus vivants, ou même d’imprimer directement du tissu humain.

On n’en est actuellement qu’aux balbutiements de cette technique, qui représente des promesses fabuleuses en termes de thérapeutiques. Mais elle se décline déjà en plusieurs possibilités, qui ont été mises en évidence par la recherche. Exemples :

  • Une équipe britannique de l’université d’Oxford a mis au point une technologie d’impression en trois dimensions d’un tissu pouvant s’intégrer et reproduire certaines fonctions organiques dans le corps humain, de par la taille des éléments qui le composent, ses ingrédients et la façon dont ils sont imbriqués. Ce « tissu » est en effet constitué d’eau et de lipides, l’eau étant répartie en fines gouttelettes, chacune encapsulée par une pellicule de lipide. Une capsule représente environ cinq centièmes de millimètre. Cette technologie pourrait à terme permettre de disposer d’un tissu qui remplirait certaines fonctions sans présenter les inconvénients d’un tissu humain qui oblige à intégrer les problématiques de rejet liées à la greffe.
  • Une société américaine a démontré que l’on pouvait « imprimer » du tissu hépatique par impression 3D. L’expérience mettait en œuvre des hépatocytes et des cellules vasculaires. Il ne s’agit que d’un échantillon mais cela montre le champ de possibilités ouvertes par l’impression en trois dimensions. 
Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...