Comment Margaret Thatcher a fait plier le syndicat britannique du livre

Alors que la Dame de Fer vient de tirer sa révérence sur fond de polémique, retour sur la stratégie qu'elle a soutenue pour pousser les imprimeries de presse à passer à l'offset, devant le refus du syndicat du livre britannique.

Un professionnel français de la presse revient pour nous sur cette page d'histoire qui a l'époque fit beaucoup de bruit, et qui semble un peu oubliée aujourd'hui.

"La presse londonnienne du début des années 1980 était exclusivement basée dans le centre de Londres, à Fleet Street et à Manchester, avec une rue dédiée aux imprimeries de presse. A cette époque arrivaient sur le marché les nouvelles rotatives offset. C'était donc l'abandon définitif du plomb. Les syndicats britanniques qui étaient très puissants à l'époque dans le domaine de la presse, refusaient cette évolution. Les grands entrepreneurs d'alors de la presse britannique, notamment Rupert Murdoch et Robert Maxwell, devant l'impossibilité qu'il y avait de réformer leur secteur par des accords sociaux, ont mobilisé le Premier Ministre de l'époque, Margaret Thatcher pour obtenir sa complicité dans l'érection de nouvelles usines d'imprimerie, deux usines londoniennes situées dans le quartier des docks. Pendant à peu près 18 mois, avec la complicité de l'armée et de la police britannique et sous couvert d'opérations secret-défense, deux imprimeries se sont donc montées ex-nihilo dans le plus grand secret et ont pu démarrer du jour au lendemain dans la totale méconnaissance des partenaires sociaux, suite à un énième blocage des imprimeries de Fleet Street. En 48 heures, sans coup férir, à la totale stupéfaction du syndicat britannique de la presse, l'impression des journaux a changé d'imprimerie et leur distribution a pu être assurée. Margaret Thatcher a assuré une protection de ces usines et le logisitique de distribution des journaux pendant près de 6 mois de sorte à garantir la liberté de la presse et le syndicat a lâché. Il est à noter que les ouvriers recrutés dans ces nouvelles imprimeries étaient tous jeunes, et syndiqués, mais à une branche particulière du syndicat britannique de l'electricité" 

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...