Un 1er mai calme cette année dans le secteur de la presse

Et pour cause : pas de journaux ce jour-là, mais pour une fois ce n’est pas à cause des mouvements sociaux.

Le 1er mai, jour de la Fête du travail, est le seul jour de l’année où il n’y a pas de parution de journaux. A priori moins visible en période de crise qu’en période de croissance, l’absence d’activité de la presse ce jour-là a tout de même un impact sur les ventes. Mais cette relâche est prévue et anticipée, de sorte qu’elle ne gêne finalement pas grand-monde. Même les lecteurs s’en accommodent et attendent le lendemain.

Si les journaux ne paraissent pas, l’actualité, elle, est traditionnelle ce jour-là et rassemble immanquablement défilés et souvenirs sur fonds de polémiques. Pour les salariés, ce jour férié est surtout bienvenu de par sa date, en plein printemps.

Et ce jour férié laisse aussi à tous les acteurs de la presse le loisir de se préparer à la journée mondiale de la liberté de la presse, qui se tient …demain 3 mai. A cette occasion, le secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-Moon, rappelle que six cents journalistes ont été tués ces dix dernières années à travers le monde, et met l’accent sur l’importance pour ces professionnels de pouvoir faire leur travail sans crainte.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...