Le premier trimestre de KBA

En retard mais confiant, c’est ainsi que le constructeur se présente à l’égard de ses chiffres pour le premier trimestre de cette année, qui s’avère difficile en raison de la conjoncture.

Et c’est logique : la prudence est de mise pour tout le monde. De même que les PC ont vu leurs ventes décroître, de même les imprimeurs sont frileux en termes d’investissement…et on les comprend. Cela signifie-t-il que la situation est catastrophique ? pas forcément, réponde KBA, et les autres constructeurs ont un peu la même approche : on vend moins en ce moment, mais cela ne signifie pas que l’on ne vendra pas. En effet, les besoins demeurent, et si le chiffre d’affaires de KBA est modeste et surtout bien inférieur à celui du premier trimestre 2012 (190 millions d’euros en 2013 contre 263 en 2012), le carnet de commandes, lui, reste bien rempli.

Le fait que la Drupa ait eu lieu en 2012 explique le plus faible niveau de chiffre d’affaire en 2013. KBA note aussi la baisse de la demande pour les rotatives et machines spéciales, et la baisse des exportations au départ de l’Allemagne, en raison de la progression enregistrée sur le marché allemand.

KBA, qui emploie 107 personnes de moins qu’en 2012, affiche une bonne santé financière qui lui permet de maintenir ses objectifs pour 2013, même en termes de chiffre d’affaires, grâce notamment aux salons à venir (China Print et Graphitec).

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...