Neuf mois de sursis pour les salariés de Rotomega

Les vingt-cinq salariés de l’imprimerie de Naintré ont reçu comme un coup de tonnerre l’annonce de la fermeture programmée de l’entreprise à la fin du premier trimestre 2014.

C’est une décision qui permettra aux salariés de se repositionner professionnellement : en d’autres termes, de rechercher un autre emploi, selon la direction de Keesing France, qui possède Rotomega depuis 2012.

Les représentants des salariés concernés ne l’entendent pas de cette oreille et ont déjà commencé à organiser des actions pour lutter contre cette décision, qu’ils jugent ne pas correspondre à la réalité, Rotomega dégageant des bénéfices.

Mais comme dans de nombreuses entreprises, dans tous les secteurs, l’important n’est plus les bénéfices mais leur pourcentage comparativement à la concurrence, et ce que peuvent en retirer les actionnaires. Autant dire que le maintien de l’activité n’est pas une fin en soi pour la direction de la société.

La direction de Keesing France a répondu aux réactions des salariés, renouvelant ses déclarations selon lesquelles tout sera fait pour que les salariés aient le temps de se retourner pour retrouver une activité.

Plus d'articles sur les chaînes :

Vienne
Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...

Actualités de l'entreprise