Gendarme du Net, non merci

Hadopi ne plaisait pas, le CSA risque également de ne pas plaire s’il sanctionne. L’application de la « riposte graduée » pourrait être confiée à l’institution judiciaire.

Dénoncer mais non sanctionner, telles pourraient être les nouvelles attributions d’un CSA qui verrait ses compétences élargies à Internet, alors qu’il se borne actuellement à surveiller ce qui se passe dans le domaine des ondes de radio et de télévision. Une telle distribution de compétences supposerait de transférer au juge le pouvoir de sanction, dans une ère d’engorgement des tribunaux. 

A cela, les défenseurs de cette solution rétorquent qu’il ne faut pas instituer de hiérarchie ou de régulation sur Internet.

Tant pis pour les auteurs, les photographes, les créateurs d’œuvres graphiques ou picturales, les compositeurs, les jeunes piégés par un clic sur Facebook… or Internet est un outil dont il est impossible en l’état actuel des choses de prévoir l’évolution ou de maîtriser les excès.

Les éditeurs, et surtout les éditeurs de presse, ont donc pris le parti de combattre Internet par Internet, en se positionnant clairement sur la Toile, ne serait-ce que pour garder une visibilité. 

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...