Un imprimeur de La Couronne (33) demande la cessation de paiement pour sauver son activité

Pour la Sopan, qui emploie une centaine de personnes, le redressement judiciaire est un moyen de continuer à fonctionner malgré ses difficultés de trésorerie, qui ont atteint un point critique.

Le dirigeant de l’imprimerie, Jean-François Vieira, pense que cette procédure devrait permettre à l’entreprise de passer le cap. C’est donc sans hésitation qu’il y engage sa société.

Car il ne faut pas oublier que la mise en redressement judiciaire est avant tout faite pour aider les entreprises à passer le cap d’une insuffisance de trésorerie, tout en rassurant les créanciers. En d’autres termes, il s’agit d’un moyen de gagner du temps en préservant les intérêts de toutes les parties concernées, et en encadrant le règlement des dettes de l’entreprise pour lui permettre de les honorer à un rythme supportable.

Pour cette imprimerie d’une centaine de personnes, qui fabrique depuis plus de cinquante ans des agendas et calendriers, il s’agit de passer un cap difficile pour permettre à l’entreprise de poursuivre son activité. Ses salariés réfléchissent aussi à l’éventualité d’une reprise sous forme de Scop.

Plus d'articles sur les chaînes :

Charente
Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...

Actualités de l'entreprise