Presstalis - le contribuable français aussi, paiera pour la restructuration

Décidément, les régimes spécifiques coûtent cher aux contribuables français déjà obligés de se serrer la ceinture.

Pourra t-on dire un jour que le tonneau percé de Presstalis a enfin été colmaté ?

C'est tout le mal que l'on peut souhaiter du plan de restructuration de Presstalis, initié en 2011 mais qui vient d'être validé par la repésentation syndicale, après intervention d'un médiateur désigné par l'Etat. 

La potion sera sévère mais il semble qu'il s'agisse de la dernière solution possible avant une agonie inéluctable. Cette solution se résume à un chiffre : 950 suppressions de postes... sous la forme de départs volontaire.

Le coût de ce plan social s'élève à près de 133 millions d'euros, pris en charge par Presstalis, les éditeurs de presse et le contribuable français, soit un coût au salarié de... 140 000 euros, un chiffre qui fera saliver bien des salariés du secteur concurrentiel...

Ce plan, qui concernera 500 salariés en 2013 et 450 en 2014, prévoit une indemnité conventionnelle (non détaillée !), enrichie d'une indemnité extra-conventionnelle de 3 mois de salaires et d'un congé de reclassement de 9 mois ! 

Les salairés les plus âgés bénéficieront quant à eux de 6 mois d'indemnité non conventionnelle et de 12 mois de congé de reclassement.

Question à 100 euros : quel est le salaire moyen d'un salarié de Presstalis, et comment se situe t-il par rapport à la moyenne des salaires français ?

Plus d'articles sur les chaînes :

Seine-St-Denis
Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...