Comme prévu, l’imprimerie Sopan (16) est en redressement judiciaire depuis hier

C’était une demande très claire du dirigeant de l’imprimerie Sopan : le tribunal de Bordeaux a prononcé mercredi le redressement judiciaire pour le fabricant de calendriers et d'agendas.

C’est un constat d’échec pour le plan de sauvegarde qui avait été mis en place il y a un an. Mais c’était aussi une nécessité pour l’entreprise qui ne pouvait plus honorer ses engagements, notamment en raison de prix toujours plus bas.

Maintenant, il faut aller de l’avant, et c’est ce que fait le PDG de la Sopan, Jean-François Vieira, en argumentant sur le potentiel de commandes, qui connaît des fluctuations selon la période et qui pourrait permettre à l’entreprise de se refaire une santé.

Il y a la solution d’une reprise de la société par les salariés eux-mêmes au moyen de la constitution d’une Scop, comme le relatent les médias. Il s’agit pour les salariés d’un investissement non négligeable, et cela même si l’entreprise était reprise pour un euro symbolique. Mais le personnel de la Sopan, qui produit des agendas et des supports de communication, a déjà connu des heures difficiles, et les salariés n’ont pas ralenti leur rythme de travail.

Plus d'articles sur les chaînes :

Charente
Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...

Actualités de l'entreprise