Les directs de Graphitec - le conflit social de Ricoh s’invite au Salon

La majorité des suppressions d’emploi prévues concerne des femmes entre 45 et 55 ans.

GraphiLine a rencontré une représentante CFDT des salariés de Ricoh France, qui proteste contre la suppression annoncée de 338 postes.

Aujourd’hui, à l’ouverture de Graphitec, vous êtes devant le Salon. Pourquoi ?

Gabrilelle Bonenfant (Ricoh) - Parce que l’entreprise nous a annoncé un plan de restructuration qui prévoit la suppression de 338 postes chez Ricoh France, soit 13 % des effectifs ! nous protestons vigoureusement contre ce plan. Il n’a aucun fondement économique, la raison en est structurelle.

Et sur les 338 salariés qui vont se retrouver sur le carreau, la majorité sont des femmes entre 45 et 55 ans…

img_4082_400

Pour l’instant, il s’agit d’une information donnée en réunion de comité d’entreprise ?

GB
- Cela nous a été présenté au cours d’un CE extraordinaire le 23 mai. Nous protestons d’autant plus que l’entreprise selon nous a manqué à toutes ses obligations en matière de GPEC (gestion prévisionnelle des emplois et des compétences) : alors même que les changements étaient prévus, comme l’arrivée d’un nouvel ERP, rien n’a été fait pour les salariés !

Nous avons aussi demandé l’avis d’un expert, qui est formel : le motif économique ne tient pas, car il s’agit d’une réorganisation structurelle et non d’une nécessité économique. En clair, il s’agit de faire plus de profits. Ainsi, le recouvrement et les finances sont délocalisés en Espagne, où les salaires sont plus bas.

Quelles sont les catégories d’emplois qui sont les plus touchées ?

GB
- A peu près tous les services sont touchés, et surtout les administratifs : sur 198 postes à caractère administratif, plus de la moitié vont se retrouver sur le carreau. Cela concerne des assistantes de direction, et des services entiers comme les finances et le recouvrement.

Curieusement, des ingénieurs solutions sont eux aussi concernés puisque ce type de poste disparaît, alors qu’il s’agit du cœur de notre métier…tous  les formateurs, aussi.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...