Comment Virgin est passé du Top 10 de la distribution de livres à la liquidation judiciaire

Fin d’une belle histoire, qui n’aura finalement pas duré si longtemps.

Le

Le groupe Virgin est né en 1970. En 1988, le magasin Virgin Megastore des Champs-Elysées s’installait et, très vite, devenait emblématique d’une nouvelle façon de « consommer » du loisir culturel : le soir, après le travail et les courses, en flânant sans que l’acte d’achat soit systématique. Mais le lieu regorgeait de tentations et aurait dû rester un temple de la consommation, ne serait-ce que parce que ses magasins étaient situés à des points stratégiques.

Mais les vingt ans de l’enseigne en France ont coïncidé avec une crise sans précédent, une hausse des coûts, notamment des loyers, et un effondrement des ventes de biens culturels « physiques » comme les livres et les CD, au profit de ventes par correspondance et même, pour la musique, par téléchargement.

Virgin Megastore, vendue en 2001 au groupe Lagardère, était cédée en 2008 à Butler Capital.

Il semble que la liquidation qui vient d’avoir lieu ne soit pas seulement celle d’une enseigne, mais aussi d’une ère de la consommation aujourd’hui révolue. La crise n’a fait que précipiter les choses, rendant encore plus brutal un dénouement qui était peut-être inévitable.

Mais la liquidation prononcée aujourd’hui n’a pas changé la position des salariés, qui campent toujours dans le magasin des Champs Elysées pour demander un meilleur traitement social de la fermeture.

Vos réactions
Ajouter un commentaire...


Photos
Voir les 1 photos
Recevoir l'actualité par email avec Graphiline Hebdo

Inscrivez-vous à notre Newsletter hebdo RECEVOIR GRAPHILINE HEBDO

Suivre l'actualité
des Arts Graphiques
Recevoir l'actualité gratuitement par email RECEVOIR GRAPHILINE HEBDO