L'affichage dynamique, le complément naturel de l'impression grand format

A l'occasion de Viscom Paris, Joseph Merguy, président de Caldera mettait notamment en avant cette complémentarité étonnante.

Les imprimeurs grand format et professionnels de la communication visuelle tiendront-ils demain un rôle de régie, surfant sur leur capacité à imprimer des supports événementiels, à les installer sur place, en y associant des écrans à affichage dynamique, tel est le crédo de Joseph Merguy, président de l'éditeur français de rip Caldera, qui a bien voulu répondre à quelques questions de GraphiLine.

Joseph Merguy - L'idée est de stimuler l'imprimé, en vendant un concept qui contient des zones de contenu variable par rapport à un décor statique, imprimé en grand format. On a ainsi la capacité de faire passer un message récurrent, de le changer tous les soirs ou toutes les demi-journées, on est capable de louer l'écran avec son imprimé, au client, et de revenir tous les 3 mois par exemple, pour changer le décor.

GraphiLine - On peut donc imaginer une vitrine ou un hall d'accueil d'entreprise, qui deviennent communicants. Pour vous, ce serait à l'imprimeur de mettre en place ce concept chez le client ?

JM - Absolument, le véritable  débat aujourd'hui, c'est d'arriver à transformer l'art de la communication visuelle, en un business récurrent, à forte valeur ajoutée. Continuer à imprimer du mètre carré n'a aucun sens, et la différenciation est faible. Le prix ne fera que baisser et l'imprimeur s'appauvrira. Par contre, dynamiser des espaces qui voient passer du monde, un hall d'entreprise, une vitrine, un hall d'exposition... et l'animer régulièrement, cela a beaucoup de sens. Quant à l'imprimeur, à partir du moment ou il se déplace pour installer ses supports, rien de plus simple que d'installer quelques écrans...


joseph_merguy_400


Techniquement, cela passe donc par des écrans LCD connectés par internet...

JM - Pas forcément, on peut imaginer des espaces intégrés dans un décor, animés par de la vidéo projection par exemple... Tout est possible mais la technique n'est qu'un détail finalement. On peut imaginer plusieurs espaces animés sur un même décor statique, cela dépend complètement de l'objectif de l'animation, du message à faire passer... S'il faut faire du multilingue, du multiculturel pour amener plusieurs visuels afin de frapper l'imaginaire, on peut imaginer plusieurs écrans ou espaces animés. 

En fait, cela donne la possibilité à l'imprimeur de rafraîchir l'imprimé, grâce à l'affichage dynamique...

JM - Tout à fait, d'autant que le marché est là. Combien d'entrées d'entreprises ne ressemblent à rien, combien d'entrepreneurs sont incapables de stimuler leur entreprise par une communication interne adaptée... Au lieu de passer un coup de peinture, on fait un wall paper, on met deux écrans, l'un accueillant les clients, l'autre mettant en avant les bonnes idées, présentant l'entreprise, ses conquêtes, ses nouveaux produits, ou le salarié du mois, et immédiatement, l'atmosphère change ! La, on a vraiment quelque chose de dynamique, d'efficace. 

Joseph Merguy, vous pensez vraiment qu'un imprimeur grand format peut évoluer dans cette direction ? 

JM - Mais bien évidemment ! J'ai pour habitude de dire qu'il n'y a pas de poison, il n'y a que des doses de poison. Si on laisse le professionnel de l'audio-vidéo faire, il tuera l'imprimeur. Si on donne à l'imprimeur la dose ultime de ce poison, cela en fera une drogue puissante. C'est à dire qu'il va apprendre à maîtriser ce concept, qu'il va commencer à faire de la régie, qu'il va apprendre à venir vers l'agence de pub en lui demandant plus qu'un PDF, mais un Flash, un Movie. En bref, du contenu animé et statique, qu'il va broadcaster, diffuser. Il n'y a pas d'antinomie entre cette démarche et l'imprimerie. Un imprimeur aujourd'hui manipule des fichiers numériques tous les jours. Inclure un message animé au milieu d'un imprimé statique ne représente aucune difficulté. Ce n'est qu'une façon d'anticiper le papier électronique qui viendra un jour ! 

Dans l'offre Caldera, vous proposez donc ce type de solutions aux imprimeurs. Vous vendez des écrans ?

JM - Nous ne sommes pas des vendeurs d'écrans ! On conçoit des logiciels. De la même manière que l'on a aidé l'imprimeur à gérer sa production avec le logiciel Caldera Rip, on va l'aider avec nos logiciels d'affichage dynamique, à maîtriser, à distance, des dizaines, des centaines, voire des milliers d'écrans dynamiques, positionnés chez ses clients, via le web, via la bande passante présente et future. L'imprimeur gérera du contenu, le mettra à jour par le web, client par client. Une partie de ce contenu peut d'ailleurs être gérée directement par le client, par le biais d'un back-office mis à sa disposition par l'imprimeur. Les possibilités sont immenses. Connecter un thermomètre au décor de vitrine d'un restaurant de rue piétonne, pour mettre en avant des glaces quand il fait chaud, ou des gaufres quand il fait froid, proposer une offre de promotions dépendant de l'heure, voilà qui change toute la façon de se promouvoir sur le lieu de vente et de doper son chiffre d'affaires pour le client final. La valeur ajoutée ainsi proposée par l'imprimeur est quand même plus élevée que de vendre un simple adhésif de vitrine, non ?

Plus d'articles sur les chaînes :

Bas-Rhin
Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...