Le secteur de l'imprimerie à la peine à fin Juin

Les dernières statistiques de conjoncture sont tombées, et autant le dire, elle ne sont pas bonnes pour la filière graphique, ce qui ne constituera pas un scoop pour les professionnels de l'imprimerie.

Dans un climat industriel présentant des signes de léger mieux selon l'Insee, avec des carnets de commandes qui se sont améliorés, tout en affichant des niveaux moins étoffés que la normale, le secteur des industries graphiques et de l'imprimerie est à la peine.

Les dernières statistiques de l'Observatoire des Marchés de la Communication Graphique, à fin juin, montrent une activité toujours à la baisse, qui a décroché du reste de l'industrie, en légère hausse.

A fin juin, le tonnage imprimé en France a ainsi baissé de 5.4% par rapport à 2012.

conjoncture_imprimerie_400

Cette baisse affecte tous les marchés de la communication imprimée, pour l’ensemble des entreprises quelle que soit leur taille. Il est à noter que les baisses les plus importantes concernent les périodiques (-6.5%), les imprimés publicitaires non adressés (-5.5%) et adressés (-4%), les imprimés administratifs et de gestion personnalisés (-4.8%) et les imprimés administratifs non personnalisés (-3.9%).

Cette situation s'opère alors que le marché publicitaire est en légère croissance sur cette période (1%), une situation dont ne bénéficie donc pas le média imprimé. Les segments les plus dynamiques sont la radio, la télévision et le cinéma, tandis qu'internet (-3.3%), la publicité extérieure (-10.9%) et la presse magazine (-4.6%) affichent des reculs significatifs.

En Allemagne, le secteur de l'imprimerie est en recul de près de 6% (-5.9%) à fin juin, alors qu'il s'effondre de 11% en Italie, sur la même période.

 

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...