10 ans de Digigraphie pour Epson qui lance des Spots d'exposition d'artistes digigraphes

Le 10 décembre, en soirée, Epson fêtait à Paris les 10 ans de la Digigraphie, à la Maison Européenne de la Photographie (MEP).

Projet initialement hexagonal, la Digigraphie a été lancée il y a 10 ans, à l'initiative d'Epson France, avant de s'étendre dans le monde entier. Ce label, qui a su s'imposer comme la référence dans le domaine de la reproduction d'oeuvres d'art, était fêté cette semaine à la MEP, en présence de GraphiLine. Bruno Destribats, d'Epson France, a bien voulu répondre à nos questions à cette occasion. 

Bruno Destribats, c'est quoi la Digigraphie ?

Bruno Destribats - La Digigraphie est un tirage d'art, réalisé sur une imprimante Epson, avec des encres pérennes, pigmentaires. C'est un tirage numéroté, signé par l'artiste. La Digigraphie c'est un label technique, régi par des règles très strictes, qui assurent au tirage une durabilité exceptionnelle. Au delà de cette durabilité, l'auteur authentifie l'oeuvre en la numérotant, en la signant et en la présentant sur le site Digigraphie.com. 


digigraphie_1_400


Que permet la Digigraphie à un photographe ou à un artiste ?

BD - Elle lui permet d'avoir un discours clair par rapport aux acheteurs éventuels, aux collectionneurs, aux galeries. Les tirages aujourd'hui sont majoritairement faits en jet d'encre. La Digigraphie permet d'assurer à chaque intervenant de la chaîne, la galerie qui expose, le collectionneur, d'être assuré d'une reproduction tout à fait fidèle à l'original, d'une reproduction pérenne et d'une poeuvre reproduite en quantité limitée, par le bais d'un certificat dûment enregistré dans une banque de données. Aujourd'hui, tout auteur qui produit une oeuvre en Digigraphie, la présente sur le site Digigraphie.com, ce qui est un élément très appriécé des collectionneurs. 

Certains photographes présents ce soir nous ont indiqué pouvoir vendre leurs oeuvres plus cher, du fait de cette certification et de cette authentification.

BD - Ils rassurent le client, ils disposent d'une visibilité exceptionnelle sur le web, au côté d'artistes de renom. C'est une manière de s'exposer, de mettre en avant ses oeuvres, et leur tirage limité peut effectivement permettre de vendre une oeuvre plus cher qu'une oeuvre banalisée.

Parmi les photographes digigraphes, on compte un grand nom de la photographie maritime...

BD - Vous pensez à Philippe Plisson ! Philippe est un précurseur. Il a été un pionnier dans l'utilisation de nos imprimantes pigmentaires, et a immédiatement compris la problématique liée à l'appellation du tirage. Il avait  d'ailleurs créé son propre label, la Pixographie. Quand nous lui avons présenté le concept de la Digigraphie, il y a 10 ans, il y a tout de suite adhéré !

Quelques chiffres sur la Digigraphie ?

BD - 27000 oeuvres référencées sur le site Digigraphie.com, plus de 2500 artistes, plus de 350 laboratoires professionnels, réalisant les tirages (que tout photographe peut faire lui même en respectant les règles du Label)...


digigraphie_2_400


Pour les 10 ans de la Digigraphie, vous lancez le concept de Spot Digigraphie. De quoi s'agit-il ?

BD - Il s'agit dans un premier temps d'une dizaines d'endroits, tout d'abord situés à Paris, destinés à promouvoir pendant 2 mois, des artistes digigraphes souhaitant se mettre en avant, percer ! Ces endroits peuvent être des cafés, des librairies, des restaurants, tout un tas de lieux attirant du public et qui vont par la même devenir des lieux d'exposition. Ces lieux ne toucheront aucune commission sur les ventes et doivent pouvoir servir de tremplin à des artistes, faciliter leur découverte par des galeries classiques, afin de les faire rentrer dans le circuit ! Tous les deux mois, l'exposition changera, animant le Spot Digigraphie au fil du temps. Notre premier Spot Digigraphie est le Triptik Concept Store, situé rue Goscinny !

Plus d'articles sur les chaînes :

Paris
Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...