Le gouvernement offre 4 millions d'euros à l'Humanité et cherche à couler Mediapart

Peu regardant sur les aides directes à la presse papier, le gouvernement français s'attaque à la presse en ligne avec un outil de destruction massive : la TVA !

La liberté de la presse en France a une limite réelle qu'aucun journaliste n'ose évoquer : les aides directes que le gouvernement verse aux quotidiens papier, pour leur permettre de vivre, sans remettre en cause un modèle économique dépassé.

Ces aides directes sont colossales, et trop souvent ignorées des contribuables : près de 32.2 millions d'euros pour le groupe Le Monde (pour un CA de 370 millions !!), autant pour le Figaro, 12 millions pour Ouest France, 10 millions pour Libération, mais aussi... 7 millions pour Télé 7 Jours (eh oui...), 4 millions pour Tele Z, 555 000 euros pour le Journal de Mickey, etc... Un système bien rôdé, qui se décompose entre aides postales, aides directes et aides aux tiers !

En parallèle à ces aides massives, la presse papier dispose d'une TVA dérogatoire à 2.1% sur ses ventes au numéro, afin de na pas fiscaliser le lectorat, ce qui est fondamentalement une bonne chose, sachant que l'Etat pourrait faire mieux dans ce domaine : la TVA est en effet à 0% dans ce domaine en Grande-Bretagne.

Dernier type d'aide, les crédits divers : à ce titre l'Humanité, le quotidien communiste a récemment bénéficié d'un effacement de dette de 4 millions d'euros, un cadeau que bien des entreprises industrielles ou de service aimeraient recevoir de Bercy. Un effacement de dette voté par les députés !! 

Depuis 2009, le pouvoir politique a confirmé le principe d'égalité et de neutralité des supports. Dans ce contexte, des titres en ligne comme Mediapart ont facturé leurs abonnements en y affectant une TVA à 2.1%, équivalente à celle de la presse papier !

Las, nous venons d'apprendre que nos confrères de Mediapart mais aussi d'Indigo Publications avaient reçu une notification de contrôle fiscal relatif à cette TVA, les services de Pierre Moscovici ayant indiqué que la TVA s'appliquant aux abonnements en ligne n'étaient pas de 2.1% mais de 19.6% !!

Faut-il voir dans ce contrôle qui sera diligenté le 20 décembre (!), une volonté du pouvoir politique de reprendre en mains une presse d'information de qualité, réputée pour ses investigations, ne vivant d'aucunes subventions et donc libre, à qui l'on doit notamment la chute du clan Cahuzac ? Il n'y a pas loin à penser...

Personne ne sera dupe de la méthode, qui rélève d'une certaine conception politique...

Plus d'articles sur les chaînes :

Paris
Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...