Avec la disparition de François Dulac, s'éteint un Maître Imprimeur respecté de tous

C'est avec beaucoup de tristesse que nous venons d'apprendre disparition de François Dulac.

Souffrant d'une longue maladie depuis des mois, François Dulac s'est éteint dans la soirée de dimanche.

Avec sa disparition s'éteind un Maître Imprimeur reconnu de tous, dont l'éthique personnelle a toujours imposé le plus grand respect.

Né en 1934 à Pacy sur Eure, François Dulac entre dans l'imprimerie un peu par hasard, au début des années 60, en reprenant à Evreux une entreprise de reprographie et d'imprimerie.

Il y démarre seul, en apprenant le métier chez des confrères bienveillants, l'enseignement professionnel n'existant pas alors, en dehors de Paris...

Au fil des années, il développe l'activité offset feuille de son imprimerie, avant d'investir le créneau des rotatives, pour s'imposer comme l'un des leaders français de son marché. D'artisanale, l'imprimerie Dulac est devenue industrielle, avec près de 250 salariés ! Une entreprise qu'il cède à son fils en 2005 et qui sera reprise en 2009 par le groupe IPS.

Escrimeur avant que d'être imprimeur, médaillé d'honneur de la Jeunesse et des Sports dans cette discipline, François Dulac a toujours su conjuguer la maîtrise du geste du sportif, à la maîtrise du savoir faire de l'imprimé, exerçant ce métier avec une véritable passion pour ses valeurs d'histoire, de connaissance, de progrès et de démocratie.

Des valeurs pour lesquelles il se battra au service de la filière, au travers de différents mandats patronaux, locaux ou nationaux, notamment à partir de 2003 comme président du Sicogif où, prônant l'unité patronale, il négociera le rapprochement de son organisation avec la FICG en 2008, mettant fin à 11 ans de brouille syndicale. 

Escrimeur, amateur de voitures de collection, de littérature  et de théâtre, François Dulac était un "honnête homme", selon l'acception chère à Montaigne.

 

Plus d'articles sur les chaînes :

Eure
Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...