Le Parisien et les NMPP de nouveau dos à dos

La cour d'appel de Paris a interdit au quotidien du groupe Amaury de quitter les Nouvelles messageries de la Presse parisienne (NMPP) et d'assurer sa propre distribution. Aujourd'hui pourrait être finalement sacrifié...

Cette décision va à l'encontre de celle du TGI de Paris, qui avait débouté en référé le mois dernier Coopé-Presse et Transports Press. La cour d'appel a estimé que Le Parisien et Aujourd'hui constituaient non pas deux titres distincts mais deux éditions d'un même journal. Si l'éditeur est bien libre de choisir son mode de distribution, il ne peut "laisser à la coopérative le soin d'effectuer la partie la plus difficile et la plus onéreuse des opérations de distribution". Autrement dit : il n'est pas bien vu de faire appel à la solidarité de la profession sans se montrer solidaire soi même. Logique. Rappelons que le groupe Amaury voulait distribuer lui-même Le Parisien (Paris et région parisienne) et continuer à déléguer à Coopé-Presse et à Transports Presse (dont la logistique est assurée par les NMPP) la distribution de l'édition nationale du quotidien, Aujourd'hui. Coopé-Presse et Transports Presse avaient alors assigné Le Parisien pour "violation de la clause d'exclusivité". Les solutions qui s'offrent au groupe Amaury sont à présent très limitées : obtempérer et "revenir dans le rang" ou renoncer à Aujourd'hui. A suivre, donc.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...