Komori-Chambon transfère une partie de sa production au Japon

Pour augmenter sa production en France, Komori-Chambon déplace sa fabrication de ses rotatives offset. Les prochaines machines offset viendront du Japon.

Désormais, les prochaines machines offset du constructeur Komori-Chambon proviendront du Japon. 

Spécialisé dans la fabrication et la commercialisation des presses offset feuille et hélio pour les marchés de l’emballage et de l’étiquette, Komori-Chambon, dont l’usine se situe à La Voulte, dans l'Ardèche, a transféré la production de ses machines offset au Japon, à Tsukuba. Cette usine ultra moderne est l'usine mère de Komori qui fabrique déjà les rotatives offset Komori.  

C'est en 1989, que Machines Chambon, entreprise française créatrice de l’impression et du façonnage en ligne, fondée en 1887, fusionne avec le constructeur de presses japonais Komori, et devient Komori-Chambon.

″L’idée est d’avoir une synergie au niveau du groupe Japon et de Komori-Chambon France en fabriquant au Japon toute la gamme offset, feuille et web (rotative, NDLR) explique Laurent Bince, directeur commercial de Komori-Chambon.

Ce transfert permet à Komori-Chambon de se concentrer sur ses autres produits, les machines hélio, les unités flexo et le façonnage avec la découpe rotative notamment.

″L’hélio est toujours fabriquée en France, le façonnage et les unités flexo restent aussi en France. Ce sont des savoir-faire bien particuliers, il n’y a pas d’intérêt à basculer la production.″

L’allègement de la production doit à terme, augmenter le volume de production de 30 %. Cette capacité supplémentaire est nécessaire pour répondre à l’augmentation de la demande mondiale des machines d’emballages.

Ce redimensionnement s’est opéré sans licenciement. Les salariés qui travaillaient à la production des offset, sont partis en retraite anticipée, ou ont été redirigés sur la fabrication des autres machines.

La conception reste ″bien évidemment de la responsabilité de nos ingénieurs en France″, précise Laurent Bince, ainsi que la commercialisation pour toute la gamme de produits vendus dans le monde.

Un point à noter. Le délai de livraison des machines en France ne change pas : le temps de fabrication au Japon est optimisé et compensera les quatre semaines de transport maritime.

Plus d'articles sur les chaînes :

Ardèche
Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...

Actualités de l'entreprise