Regards sur les marchés de la communication graphique de 2013

L'Idep a publié son rapport sur les marchés des imprimés.

Les informations chiffrées et quantitatives sur l’activité du secteur de la communication graphique de 2013 viennent d’être éditée dans le rapport "Regards sur les marchés de la communication graphique", rapport réalisé par l’Institut de développement et d’expertise du plurimédia, l’Idep.

Selon les chiffres recueillis par l’Idep, la baisse des tonnages des imprimés se poursuit en 2013, - 5 % par rapport à 2012.

Ces résultats sont dus à la conjoncture difficile (budgets serrés chez les annonceurs, baisse de pouvoir d’achat chez les consommateurs) et à la montée des médias numériques qui prennent des parts de marché aux modes de communication traditionnels.

Cette contraction touche l’ensemble des marchés, et plus fortement celui du livre (- 4,5 %) et du périodique (-4,6 %). Cette baisse est conforme aux autres indicateurs de la filière de la communication.

Les périodiques

Les dépenses des annonceurs, tous médias confondus, diminuent de 3 %, avec notamment une baisse dans la presse (- 8 %) en 2013.
Tous les segments de la presse magazine ont une diffusion en baisse, excepté les magazines d’actualité générale, judiciaire et société, dont les ventes augmentent de 6 %.
La diffusion payée de la presse grand public tombe de près de 5 %.

Concernant les supports gratuits, la tendance est également en baisse en 2013. La mise en distribution de presse gratuite d’annonces diminue de 19 % en 2013, une baisse expliquée par la liquidation judiciaire de la Comareg en 2012.
La distribution de magazines de marque s’effondre de plus de 50 % en 2013.
La presse gratuite d’information nationale résiste mieux que la moyenne et baisse de seulement 3,2 %.

D’une manière générale, les domaines techniques et pratiques font face à la concurrence directe de nombreux sites web d’informations ou forums., excepté les titres cuisine (+2 %).

Les livres

Les ventes de livres perdent 1,5 % en volume. Une baisse qui s’explique, selon l’Idep, par la stratégie d’ajustement des volumes par les éditeurs, affinant au maximum les prévisions de ventes.

Les imprimés publicitaires

En 2013, dans une la conjoncture économique défavorable, le marché des imprimés publicitaires enregistre une baisse de 2,5 % pour les adressés et de 3,4 % pour les non adressés.
Début 2013, de nombreuses enseignes ont largement diminué le nombre d’opérations, avant de relancer des campagnes au second semestre. La diminution du nombre de pages dans les prospectus et la baisse des grammages contribuent au recul des volumes.
L’Idep souligne que le nouveau barème écodifférencié de l’écocontribution mis en place par Ecofolio a également pu freiner les investissements pendant un temps.

Le catalogue

En 2013, la production poursuit sa tendance à la baisse, - 2,8 %. Cette diminution provient par notamment du remplacement de titres volumineux par des petits documents thématiques réguliers et par des baisses de grammages, devenus possibles par de nouveaux papiers.

Les imprimés administratifs et commerciaux

La production de ces imprimés enregistre des baisses de l'ordre de 3 %. Les recherches d’économies chez les grands émetteurs d’imprimés de gestion comme les banques ou les assurances se poursuivent, notamment avec la dématérialisation de leurs imprimés.

L'emballage

La production d’emballages traités par les imprimeurs de labeur progresse de 1,8 % en 2013.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...