Microsoft : sursis au démantèlement

Accusé depuis toujours de tenter de créer et de maintenir une position de monopole, le géant mondial des systèmes d'exploitation s'en tire - momentanément - bien. Le jugement de première instance du juge Jackson est cassé par la cour d'appel du district de Columbia.

Le juge Thomas Jackson a été qualifié de partial par les sept magistrats de la cour d'appel hier. Ils ont préféré, par conséquent, renvoyer l'affaire en première instance devant un autre juge. Pour autant, sur le fond, Bill Gates n'est pas quitte et on s'explique mal l'euphorie des places boursières sur le titre Microsoft après l'annonce de cette décision de renvoi. La partie du jugement de Jackson selon laquelle Micrososoft détient une position de monopole dans les systèmes d'exploitation des PC a, en effet, été retenue par les juges de la cour d'appel et reste donc valable. La plainte contre Microsoft a été déposée en mai 1998. Le 7 juin 2000, le juge Jackson avait conclu que Microsoft exerçait un monopole sur le marché des systèmes d'exploitation d'ordinateurs personnels et, en outre, qu'il était abusif d'imposer Explorer, son logiciel de navigation sur Internet, à l'acheteur du système. Par conséquent, la sentence condamnait Microsoft au démantèlement, un jugement que la cour d'appel du district de Columbia vient d'annuler. A noter que la Commission européenne est également en plein examen d'un dossier Microsoft. Ce dernier est cependant distinct de l'affaire américaine. Elle concerne les problèmes d'interopérabilité entre les systèmes Windows avec les logiciels pour serveurs.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...