Agfa lance l'Azura TE, une nouvelle plaque offset

L'Azura TE est une plaque DOP, destinée à l'offset feuille.

Le constructeur belge Agfa lance une nouvelle plaque, une plaque sans chimie directe sur presse, l'Azura TE, basée sur la technologie Thermofuse.
Francois Dericq, responsable des consommables et équipement CTP de Agfa Graphics France, a accepté de répondre à nos questions.

Qu'est-ce que la plaque Azura TE ?
Cette nouvelle plaque est une plaque directe sur presse (DOP, direct on press). Elle est basée sur notre technologie éprouvée et reconnue Thermofuse.

Pouvez-vous nous présenter la technologie Thermofuse d'Agfa ?
Nos gammes de plaques Azura sont basées sur la technologie Thermofuse brevetée par Agfa, qui a fait le succès de la plaque Azura TS et la plaque Azura TU.
La technologie Thermofuse, ce sont des perles de latex qui fusionnent entre elles grâce à l'action du laser thermique du CTP. Avec la chaleur, les perles de latex coagulent entre elles et forment l'image en adhérant au substrat aluminium.

Jusqu'ici, Agfa proposait deux types de plaques Azura : l'Azura TS et l'Azura TU.
L'Azura TS est notre produit phare avec la technologie de gommeuse. L'Azura TU est une plaque relativement similaire à l'Azura TS, sauf qu'elle est plus résistante : au lieu de faire 100 000 tours, elle fait 150 000 tours. Elle vise des clients qui ont des productions plus importantes.
Une fois exposée dans le CTP, l'Azura passe dans une gommeuse et la plaque est prête. Ça, c'était le concept Thermofuse avec Azura TS et TU.
Mais l'Azura TE est une plaque ″direct on press″. Elle ne passe plus par la gommeuse.

Plus précisément, qu'est-ce qu' une plaque direct on press (DOP) ?
Après avoir été exposée dans le CTP, la plaque va directement sur la presse offset pour être "nettoyée" : elle n'a pas besoin ni de développeuse ni de gommeuse. Elle ne consomme pas d'eau ni de chimie. On peut dire que le E de Azura TE veut dire écologique.

Quels sont les avantages d'une plaque DOP ?
J’en vois deux principalement : rapidité et écologie. On va directement sur la presse pour ″ nettoyer ″ la plaque. Mais attention ! Il faut bien positionner et expliquer cette technologie à nos clients et prospects.

Y a-t-il des contraintes de cette technologie DOP ?
Oui. La technologie DOP a des contraintes. Et c'est pour ça que notre offre numéro un, chez Agfa, reste l'Azura TS.

Quelles sont ces contraintes ?
Ce qui va faire le nettoyage de la plaque sur la presse, c'est le fait de faire descendre les rouleaux mouilleurs/encreurs et de faire passer du papier. Cela va enlever toutes les parties non imprimantes de la plaque et il faut bien que ces parties enlevées s'évacuent quelque part. Donc ça s'évacue d'abord sur le papier et ensuite dans la presse, dans le système de mouillage et dans la batterie d'encrage.
Ce système apporte donc des contraintes aux clients. Ils doivent être beaucoup plus précautionneux sur l'entretien de leurs presses. Les clients le savent, le maîtrisent et le comprennent.

Pourquoi cette nouvelle référence à votre gamme ?
Tout d'abord, c'est un besoin de nos clients. Il y a une vraie demande du marché de passer en DOP.
Le deuxième point est que la plaque DOP est désormais une technologie éprouvée. Les ventes augmentent et cette technologie ne va pas disparaître. Agfa se devait donc d'être présent sur ce marché.
Ensuite, les fabricants de presses, Heidelberg, Komori, KBA qui étaient très réticents ont une meilleure maîtrise de cette technologie. C’est un point très important.

Quelles innovations Agfa propose-t-elle avec cette technologie de plaque ?
La grande nouveauté de cette plaque, tout d'abord, c'est qu'elle a du contraste. Dès qu'elle sort du CTP, on voit l'image. Et c'est ce qui séduit tous nos clients qui l'ont testée. Cela permet un meilleur contrôle des plaques, et surtout, on sait sur quel groupe il faut accrocher la plaque. On a utilisé un pigment thermo-chromatique qui "switch" en couleur avec l'exposition au laser. Agfa a déposé deux brevets pour cette innovation.

La deuxième particularité est la rugosité de la plaque. Le grainage de l'aluminium est un peu particulier : on va mieux nettoyer la plaque avec cette rugosité de surface. Concrètement, le client va faire moins de gâches au démarrage par rapport à d'autres plaques DOP.

Ensuite, la plaque Azura TE a une stabilité à la lumière. Non pas d'une ou deux heures, mais de 24 heures ! Cela va apporter du confort et de la latitude de travail dans certaines situations.

En plus, nous avons constaté que notre plaque avait une meilleure résolution sur le texte. Sur l'image, on peut jouer sur le point de trame. Alors que sur du texte, c'est la qualité de l'écriture du CTP et la qualité de la plaque qui font la différence.
C'est aussi un point qui a été très remarqué pendant la phase de test chez nos clients (phase de test qui a duré deux ans sur 80 clients en Europe, NDLR). Par rapport à un réglage standard, ils ont une image plus fouillée, plus détaillée.

À qui s'adresse cette plaque ?
L'Azura TE est destinée au marché des presses offset feuille 2,4 et 8 poses pour des clients qui ont besoin de 8 000/10 000 m2 de plaques par an maximum et qui réalisent des tirages entre 70 000 et 100 000 exemplaires.

À quels imprimeurs conseilleriez-vous l'Azura TE ?
Je la conseille aux clients qui ne sont pas satisfaits de leur plaque actuelle DOP : à ceux qui veulent une plaque plus contrastée et à ceux qui ont des problèmes de gâche papier au démarrage sur leur presse.
Et je la conseille aussi aux clients qui sont en technologie traditionnelle et qui veulent avoir une approche plus écologique.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...