Le bilan chiffré 2014 des industries papiers et cartons en France

La Mip a dressé le bilan économique et social 2014 du secteur en France.

La Maison des industries des papiers et cartons (Mip), composée de regroupements de producteurs,  transformateurs, et distrubuteurs papetiers, vient de publier le bilan de l'année 2014 du secteur en France.

Papiers graphiques

En Europe, la consommation des papiers graphiques a reculé de 3,2 % entre 2013 et 2014. La Mip estime que ce recul est dû à une modification des modes de vie (diminution de la lecture sur support papier) ainsi qu’à une concurrence des nouvelles technologies de l’information (tablettes, liseuses…).

La production européenne s’est repliée de 4,1 % par an de 2007 à 2014. La consommation et la production en France se sont inscrites dans la même tendance. 

Côté distribution, les ventes ont baissé en volume de 3 à 5 % suivant les qualités de papiers par rapport à 2013, pour un chiffre d’affaires estimé à environ 750 millions d’euros. 

Pour la Mip, ces chiffres sont "sans surprise" : "les distributeurs souffrent  depuis quelques années de la combinaison du ralentissement de l’activité économique, de la dématérialisation, et des contrevérités sur l’image du papier."

"Le secteur de l'imprimerie n'échappe pas à cette règle, d'autant qu'il n'a pas encore accompli pleinement sa restructuration interne. Mais une pépinière de petites structures pleinement ouvertes sur l'ère du numérique peut préfigurer le nouveau profil du secteur. La production d’imprimés connaît une baisse globale de l’ordre de 2 % sur l’année 2014."

Emballage

Dans son ensemble en France, la production des papiers et cartons destinés à la fabrication des emballages a affiché une forte croissance en 2014 avec une hausse de 8,8 %.

Après une augmentation de 4,1 % en 2013, la production de carton plat a continué ce mouvement haussier avec +2,5 % en 2014, contrebalançant ainsi le fort recul de 2012.

La production nationale de papiers pour ondulé a fortement augmenté en 2014 : +10,6 %.
Selon la Mip, elle a pu encore profiter de l'augmentation de la demande en Europe, du redémarrage de deux sites de production fin 2013, ainsi que d'une meilleure utilisation des capacités.

Quant aux produits transformés, la consommation des sacs industriels et commerciaux a augmenté en 2014 de 4,4 %.

La production des papiers d’emballage souple a augmenté de 1,5 %.

La consommation des étiquettes adhésives est en hausse de 3,19 %.

Quant aux cartonnages, la tendance est stable avec une légère hausse (0,5 %) en valeur et un tonnage similaire par rapport à 2013.

Concernant le carton ondulé, pour la troisième année consécutive, 2014 s’est terminée sur une faible baisse du volume de production (0,4 %), avec une hausse du chiffre d’affaires modérée (1,54 %).

Hygiène

La production de papiers d’hygiène a augmenté de 2,0 % en volume par rapport à 2013.

Sur le marché des articles en feuilles (papier-toilette, essuie-tout, mouchoirs), la consommation apparente a progressé de 2,1 %. La consommation de ces articles reste largement alimentée par la production française, 68,5 % en 2014).

La production d’articles transformés en France métropolitaine a également affiché une hausse (2,0 %).

Concernant les articles d’hygiène portés, les ventes de couches-bébés ont reculé de 2,0 % en unités. Par contre, le marché des protections pour incontinents a progressé de 2,3 % en 2014, tous circuits confondus.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...