Réussir l’impression numérique des fichiers RVB

L’imprimeur parisien Colorprint, qui a déjà jeté avec Indigo les bases de sa nouvelle presse, la Platinium, a mis au point une solution automatique qui permet de traiter avec succès les travaux réalisés à l’aide de logiciels bureautiques du type Microsoft.

Quand on écoute Roger Notte, le patron de Colorprint, on se dit qu'être bêta site, permanent d'un des grands spécialistes mondiaux de l'impression numérique constitue, avant toute chose, la reconnaissance indiscutable d'un savoir-faire professionnel évident.

Indigo a, en effet, sélectionné un nombre très limité d'utilisateurs de ses machines pour travailler avec eux sur ses nouveaux modèles. Parmi ces rares professionnels de premier ordre : le Français Colorprint, à Paris, avec lequel le constructeur israélien a notamment mis au point, en exclusivité, l'UltraStream et laTurboStream, des machines renommées pour constituer le "must" en matière d'impression numérique.

Le respect des couleurs d'origine est total

L'impression numérique a, cependant, longtemps rencontré un écueil. Elle ne pouvait accepter les fichiers réalisés sur des logiciels "non-professionnels". On entend par logiciels "non professionnels" essentiellement ces applications Microsoft largement répandues dans les entreprises : Word, PowerPoint, Excel, etc.

Sur ces logiciels, la couleur est traitée en trois séparations - rouge, vert et bleu (RVB ou, en anglais, RGB) - et non en quatre séparations type offset - cyan, magenta, jaune et noir (CMJN ou CMYK) comme l'exige tout processus "professionnel". Cette différence fait toute la difficulté que rencontre le client lorsqu'il désire obtenir ou faire réaliser une impression couleur de son fichier numérique.

Jusqu'à présent, seuls les systèmes copieurs étaient capables de répondre, plus ou moins parfaitement, à cette attente. Mais, on s'en doute, avec la "qualité copieur", aussi bonne fût-elle.

Or, après une période d'expérimentation de six mois, Roger Notte est désormais capable d'utiliser, de manière commerciale, une solution qui permet d'imprimer sur ses presses numériques Indigo UltraStream et TurboStream le contenu de ces fameux logiciels bureautiques. Avec une parfaite concordance des informations du fichier RVB au fichier d'impression CMJN.

Comment ? Contentons-nous de dire ici que les machines elles-mêmes ne subissent aucune modification. Il s'agit d'une solution logicielle qui, totalement en mode automatique, accepte et interprète le fichier d'origine pour qu'il soit compris par le système de production sur la presse.

Une nouvelle Indigo baptisée Platinium

Ce n'est pas tout. Au début de l'année prochaine, Colorprint disposera d'une TurboStream dont les capacités, sensiblement améliorées, lui permettront de rivaliser avec les performances de l'UltraStream, machine réputée pour sa grande qualité d'exécution.

Comme cette dernière, la TurboStream pourra ainsi traiter la quasi totalité de ces travaux particulièrement difficiles à réaliser avec perfection en impression numérique que sont les à-plats et autres bendays.

L'explication réside dans l'évolution du logiciel de pilotage de la machine ainsi que, au niveau purement mécanique, à l'adaptation, sur la TurboStream, de composants empruntés à l'UltraStream, notamment au niveau de la gestion de la pignonnerie afin d'augmenter la capacité de production de la machine.

Cette amélioration sera probablement la base de la nouvelle machine que le spécialiste israélien de l'impression numérique proposera au marché dans un an et qui pourraît être baptisée Platinium.

Plus d'articles sur les chaînes :

Paris
Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...

Actualités de l'entreprise