Quebecor ferme sept usines dans le monde

Ces décisions entraîneront la perte de 2 400 emplois. Pour les motiver, le numéro un mondial de l'imprimerie invoque, on s'en serait douté, les marchés "perturbés" par les attentats du 11 septembre. Il veut surtout économiser 45 millions de dollars cette année.

On ignore avec certitude aujourd'hui encore si des sites français seront touchés par ces mesures malgré certaines rumeurs autour de l'usine de Mary-sur-Marne (77). Dans un communiqué, le groupe a expliqué qu'il avait "révisé ses perspectives de revenus pour le troisième trimestre 2001 qui tenaient compte des marchés jugés déjà affaiblis, et qui, depuis les attentats du 11 septembre, sont davantage perturbés". Le plan de restructuration verra "la fermeture de sept de nos 160 installations à l'échelle mondiale ainsi que la diminution de 6% de notre main-d'oeuvre", soit 2.400 personnes pour un effectif total de 40.000 employés. Ces mesures devraient permettre, sur un an, "une augmentation de 45 millions de dollars des revenus bruts". Quebecor maintiendra "une marge bénéficiaire d'exploitation à deux chiffres mais réduit d'environ 15%, sur une base entièrement diluée, ses perspectives de bénéfice par action pour le troisième trimestre", à 0,45/0,50 dollar, contre 0,58 pour la même période de l'an dernier. Sur l'exercice, l'objectif est de 1,55 à 1,65 dollar par action. Quebecor invoque une "baisse de la demande pour les produits imprimés, particulièrement aux Etats-Unis et en Europe, attribuable au ralentissement général de l'économie et à une chute marquée des dépenses en publicité", une situation qui "s'est accentuée" après le 11 septembre. Quebecor estime à 225 millions de dollars (245 millions d'euros) "les frais de restructuration et autres frais qui devront être pris en compte au quatrième trimestre".

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...