L’imprimerie française en 2001 (vol.1) : l’heure de la redistribution a sonné

Dans une courte introduction mobilisatrice à la présentation du bilan et des perspectives du secteur, le président de la Ficg, François Gutlé (en médaillon), a prédit une série d’actions de rééquilibrage de la branche en faveur d’une meilleure redistribution de la croissance.

Les revendications sociales de rejet de la mondialisation, facteur d’exclusion du plus grand nombre au profit d’une minorité, auraient-elles leur pendant à l’échelle de toute une branche industrielle, celle de la communication et des arts graphiques ? En quelque sorte, oui. La Ficg a pour rôle principal d’inciter au recul, comme le rappelle François Gutlé, de “donner quelques repères constants et de mettre en perspective l’évolution du secteur”. Et il ne peut refuser de constater la réalité des dégâts. L’année 2001 a bien vu s’installer un “refroidissement”, comme le confirme le président de la Ficg, “mais le pire n’a pas eu lieu car les entreprises avaient mis en place des lignes de défense”. Il est, par ailleurs, trop tôt pour juger du comportement des donneurs d’ordres. Autant de critères qui font que, selon la Ficg, la confiance doit prévaloir sur les craintes. Le danger est ailleurs. Depuis plusieurs années, rappelle François Gutlé, le secteur se caractérise par une concentration de la croissance vers le haut de la branche. Autrement dit par une manière de non redistribution de la croissance au bénéfice d’un club fermé d’industriels et au détriment du plus grand nombre. L'Ile-de-France sera le premier champ de bataille Pour la Ficg, il est grand temps de corriger ces effets pervers et d’activer, en étroite collaboration avec les pouvoirs publics, “un véritable engagement de développement industriel”. “Ce plan d’action sectoriel” précise François Gutlé, “nécessite la mobilisation de tous les acteurs et le premier bassin qui va servir d’expérience grandeur nature à notre logique sera l’Ile-de-France”. Ce choix n’est pas une surprise : l’Ile-de-France, première région arts graphiques, est aussi celle où la Ficg a déjà mené - et continue de mener - un certain nombre d’expériences et d’actions ciblées notamment au niveau de la formation et du conseil stratégique aux entreprises. François Gutlé et le délégué général de la Ficg, Pascal Bovéro, y ajoutent aujourd’hui “un outil de financement des investissements et des regroupements d’entreprises”.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...