La Filpac-CGT veut redéfinir un réseau d'imprimeries de presse dans le Sud

L'organisation syndicale souhaite une négociation nationale sur l'avenir de la presse et la mise en place d'un réseau d'imprimeries.

Dans le prolongement des revendications défendues par la Filpac-CGT concernant l’ouverture d’une négociation nationale sur l’avenir de la presse et des moyens logistiques, l’organisation syndicale a réuni ses délégués des imprimeries des titres de presse quotidienne du sud de la France le 21 janvier dernier à Vitrolles (13). Les délégués des imprimeries Midi-Libre, La Dépêche, Méditerranée Offset-Print, Midi-Print, Nice-Matin, la Provence, CIRA et CMP ont dressé un premier état des lieux de leur situation.

Devant la baisse des volumes imprimés qui se déroule sur "fond de ventes et de rachats de titres dans la région sud et donne lieu à la définition de nouvelles politiques industrielles qui viennent percuter les schémas traditionnels entre la presse quotidienne régionale et nationale", l’organisation syndicale souhaite redéfinir un "réseau composé de quatre imprimeries au service de la presse d’information politique et générale".

Lors d’une prochaine rencontre avec les représentants du Syndicat de la presse quotidienne nationale (SPQN), la Filpac-CGT proposera comme premier élément le développement des moyens d’impression entre RotoGaronne et CIMP pour le développement du centre d’impression d’Escalquens (31).

Les délégués présents ont également marqué leur soutien à l’appel lancé par la Filpac-CGT auprès du patronat, des pouvoirs publics et des directions des groupes de presse pour que s’ouvre une négociation nationale sur l’avenir de la presse.

Plus d'articles sur les chaînes :

Bouches-du-Rhône
Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...