Le Monde coté en Bourse ?

L'information deviendrait-elle valeur financière ? Lundi, la société des rédacteurs du Monde a voté le principe d’une introduction en Bourse de leur journal.

Manifestement, les recettes issues du vrai métier qui est le leur - investiguer, traiter l’information - ne suffit plus à faire vivre un journal qui a de l’ambition.

Le Monde va donc se réorganiser pour permettre d’accueillir en son sein de nouvelles amitiés financières. En créant un module supplémentaire qui leur sera destiné.

Deux écueils étaient à éviter. Le premier est la loi sur la presse de 1986 qui interdit à une société éditrice d’un journal d’être cotée en Bourse. Le second consistait à maintenir l’équilibre de l’actionnariat. Changer sans trop changer en quelque sorte.

La nouvelle structure du Monde respecte ce désir. Le Monde SA devient holding de tête, contrôlée à 52,61 % par les actionnaires dits “internes” - dont la Société des rédacteurs -, le reste étant détenu par la Société des lecteurs et d’autres partenaires.

Le Monde SA devient, ensuite, l’actionnaire majoritaire - 75 % minimum - de Bergère Participation qui contrôlera en totalité Antin Participation, société éditrice et détentrice des actifs. C’est Bergère articipation qui sera cotée en Bourse. C’est donc elle qui pourra accueillir de nouveaux actionnaires.

Jean-Marie Colombani, qui mène cette réorganisation juridique tambour battant, envisage de lever entre 60 et 70 millions de francs d’ici deux ans - date de l’entrée en Bourse effective - pour rénover son quotidien et lancer un supplément hebdomadaire.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...