Zoom sur la presse jet d'encre pour étiquettes de Dilli de la Drupa

La Dilli Neo-Mercury NM-350, presse jet d'encre à séchage led, imprime jusqu'à 50 m/minute et sur des supports allant de 20 microns à 600 microns, et grâce à une encre unique sur le marché il est inutile d'appliquer un pelliculage ou un vernis.

Le constructeur Dilli, qui lance en Europe les Neo-Mercury, presses jet d'encre pour étiquettes et emballages souples, sera présent à la Drupa qui se tient à Düsseldorf en Allemagne du 31 mai au 10 juin 2016. 

Il exposera la Dilli Neo-Mercury NM-350, machine de 350 mm de laize, CMJN plus blanc opaque, à séchage led, pour papiers non traités et films souples qui imprime jusqu'à 50 m/minute en mode standard. Cette presse numérique imprime sur des substrats très variés, allant des supports de 20 microns jusqu'à 600 microns, l'encre blanche très opaque renforçant les couleurs sur films métallisés et transparents.

Rapidité et qualité proche de la flexo

"Les producteurs d'étiquettes voient leurs tirages de chaque production diminuer très fortement. Donc nous avons travaillé sur des machines pour les moyens et faibles runs (tirages, ndlr) et la possibilité d'ajouter des données variables, explique Serge Vincart, directeur de Dilli Europe. La NM-350 est une presse ultra rapide et de haute précision."

Il souligne : "Nous sommes jet d'encre UV, et non, en toner UV." Dilli utilise la technologie jet d'encre Piezo DOD (drop on demand) sur les têtes Kyocera. Elle permet de déposer les gouttes les plus petites actuellement réalisables (3 picolitres seulement).

"Nous approchons très fortement de la qualité flexo. Les imprimeurs peuvent ainsi convertir très facilement leurs clients en flexo sur le numérique avec des petits runs ou inversement, commencer en numérique puis passer en flexo."

Pelliculage et vernis inutiles

Grâce à l'utilisation d'encres uniques sur le marché, les transformateurs peuvent se passer de pelliculage ou autre vernissage. Les encres seraient résistantes dans la durée, à l'eau, aux agents détergents et aux griffures. "Nos concurrents ont besoin de pelliculer ou d'ajouter un vernis. Avec nos encres, qui sont, en plus, brillantes, nul besoin de ces opérations."

Et ces encres ne sentent pas comme les autres encres UV. "Nous avons trouvé un système pour éviter cette odeur."

Automatisation et fonctions poussées

"Les opérations de maintenance se concentrent en trois minutes par jour, les processus étant totalement automatisés, comme par exemple le nettoyage des têtes".

La presse intègre également un ensemble de fonctions qui permettent d'optimiser la rentabilité de la production. Par exemple, en standard, la presse est équipée d'un module de calcul de coût par étiquette.

De plus, l'impression peut être réglée parmi trois résolutions, 600, 900 ou 1200 dpi.

Également, chaque couleur est équipée d'une unité de fixation de l'encre UV par led (pinning) qui est ajustable par l'opérateur ou pré-enregistrée. Le pinning permet d'éliminer tout mélange non souhaité des encres et le fait que la puissance led soit ajustable de 0 à 100% permet d'optimiser l'impression de la couleur en fonction du type d'image et de la vitesse de production.

"On arrive à un coût de possession et par étiquette très bas et par étiquette totalement maitrisé et calculé par le logiciel, affirme Serge Vincart. Je me ferais un plaisir de présenter une offre aux visiteurs pour les différents modèles (trois laizes et blanc en option par exemple, ndlr) sur notre stand de la Drupa !"

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...