Les épreuves numériques (Vol 1) : La normalisation de la calibration

Les épreuves numériques ne datent pas d'hier. En fait, tous les documents que vous produisez sur votre imprimante à jet d'encre ou à laser à partir de votre ordinateur en font partie. Mais alors, pourquoi en parle-t-on comme d'une technologie révolutionnaire ?

Après avoir présenter les différents procédés d'épreuvages photomécaniques couleur, nous présentons un dossier en 2 volets sur les épreuves numériques. Depuis quelques années, le monde de l'imprimerie vit une véritable révolution numérique appelée le "direct-to-plate" ou "computer-to-plate". Il s'agit en fait d'une technologie qui permet de graver les plaques directement sans passer par un film. Étant donné qu'on n'a pas besoin de produire de film pour la presse, il serait illogique de le faire uniquement pour sortir une épreuve analogique telle que le Cromalin ou le Matchprint . Cela équivaudrait à passer par Brest lorsqu'on veut parcourir la distance entre Lille et Strasbourg. Pour être en mesure de produire des épreuves qui donnent un résultat identique à celui d'une presse les fabricants d'imprimantes ont formé une organisation, l'International Color Consortium (I.C.C.), dont le mandat était de définir une norme permettant de communiquer et de convertir les couleurs de façon transparente aux applications et aux couleurs. Ils ont finalement opté pour la méthode trichromatique (trois couleurs) L.a.b de la compagnie C.I.E. Voici comment elle fonctionne :

L représente la luminosité de noir à blanc sur une échelle de 0 à 100.

a représente une couleur de –120 à 120 sur une échelle de vert à rouge.

b représente une couleur de –120 à 120 sur une échelle de bleu à jaune.

Avec cette méthode de calcul, un blanc pur à une valeur de L.=100, a.=0 et b.=0. L'I.C.C., utilise cette méthode pour décrire ce qu'on appelle les profils I.C.C., c'est-à-dire la différence mathématique entre les couleurs d'un étalon de comparaison et celles de l'appareil que l'on cherche à calibrer. Ainsi, grâce à ces profils et aux modules de gestion de couleur intégrés aux logiciels de publication assistée par ordinateur, on devrait être en mesure d'imprimer trois épreuves sur trois imprimantes différentes pour obtenir exactement le même rendu. C'est pourquoi l'épreuve numérique, qui n'était jusqu'ici utilisée simplement comme une épreuve de présentation, est de plus en plus utilisée comme épreuve contractuelle entre le client et le fournisseur.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...