Microsoft condamné pour contrefaçon

Sa filiale française a été condamnée à verser 3 millions de francs à deux spécialistes français de l’image 3D. Elle a fait appel.

Le tribunal de Nanterre a pris sa décision après avoir entendu Raymond Perrin et Isabelle Cuadros, fondateurs de la société Synx Relief, expliquer qu’ils avaient été trompés par Microsoft, au travers d’une de ses filiales, SoftImage. SoftImage, également spécialisée dans la 3D, et Synx avaient conclu, en 1992, un accord qui permettait à SoftImage d’utiliser certaines fonctionnalités développées par Synx. Après le rachat de SoftImage, deux ans plus tard, par Microsoft, la rupture est vite survenue mais les fonctionnalités ont continué à être utilisées, sans rétribution de Synx. Après une bataille juridique de 6 ans, la justice a donc donné raison aux plaignants. Mais Microsoft France a interjeté appel.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...