L'industrie graphique touchée par le Brexit

À Londres, deux grandes imprimeries viennent de mettre la clef sous la porte. Parmi les difficultés qui les ont poussées à fermer, elles évoquent les répercussions du Brexit.

L’imprimerie commerciale Purbrooks existait depuis 120 ans, comptait 18 employés, et réalisait un chiffre d’affaires d’environ 2,5 millions d’euros. Fin janvier, cette entreprise implantée dans le sud de Londres a annoncé sa liquidation.

Dans un communiqué, Martin Stern, le directeur de Purbrooks, justifie la fermeture de l’entreprise par une baisse de la demande dans les impressions de qualité "à des marges réalistes", et des "délais de plus en plus serrés".

"Le Brexit, suivi d’une longue pause à Noël, a entrainé un fort ralentissement de la demande. Nous avons réalisé que nous ne pouvions plus remplir nos obligations envers notre personnel et nos créanciers", a précisé Martin Stern.

Des histoires similaires d’autres imprimeurs

Une autre imprimerie londonienne, Clicks Print, a également fermé ses portes début février. Spécialisée dans le petit et grand format, Clicks Print comptait 40 salariés.

Cette entreprise fondée dans les années 1980 avait réalisé plusieurs investissements conséquents en 2015. Elle avait notamment été la première imprimerie au monde à investir dans une imprimante grand format bobine-bobine Screen Truepress Jet W3200UV.

Dans un communiqué, Alan Rigglesford, le directeur de Clicks, évoque également les conséquences du Brexit : "les raisons de la crise ne sont pas tout à fait claires, mais nous avons entendu des histoires similaires venant d’autres imprimeurs. Le marché semble avoir ralenti depuis le vote du Brexit et dans notre cas cela a été aggravé par des dettes importantes dans le secteur du retail".

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...