Picture Perfect International (vol. 3) : premier utilisateur français de l’Indigo Platinum

Picture Perfect International (PPI) a réceptionné sa Platinum le 11 décembre dernier. Pour Maurice Bensimon, les résultats sont déjà très satisfaisants.

“Rien de grave à signaler”commente calmement le gérant de PPI, “à part un bris de faisceau laser, qui a occasionné un retard au démarrage, le logo “Platinum” qui se décolle de la façade et l’absence prolongée d’un des conducteurs pour maladie. Tout va donc plutôt bien”. Dès les premiers jours de sa mise en service, la Platinum a tourné en deux équipes et les clients se sont, semble-t-il, bien rendu compte du changement. ”La qualité est percue par nos clients comme étant supérieure sur cette machine. La plupart des fichiers que nous traitons sont des fichiers photos et l’E-Print 1000 ne leur donnait plus entière satisfaction. La Platinum est davantage en accord avec notre démarche qualité habituelle de produits et de services : accueil standart pro, efficace; travail en deux voire trois équipes; matériels de grande qualité, etc.”. Un choix de trois trames Pour Maurice Bensimon, l’apport qualitatif de la Platinum, c’est d’abord le choix de trames offert sur cette machine. ”Avec l’E-Print 1000+” explique-t-il, ”nous disposions d’une trame 144 et d’une trame 190 dite HDI. Cette dernière était surtout adaptée aux petits formats photographiques. Elle détériorait les formats supérieurs. La trame 144, elle, était trop perçue trop granuleuse par certains clients”.


Avec la Platinum, c’est différent. Elle offre la trame 175 en standard - et, selon Maurice Bensimon, c’est un vrai standard - plus deux autres trames baptisées HDI 2 - c’est la trame 190 - et HDI 3 qui est une trame 200. ”Les fichiers en trames HDI 2 et 3 présentent l’intéressante faculté de pouvoir être imprimés en épreuves sans rippage” confie le gérant de PPI qui note également que ”la Platinum permet de réaliser des patchworks de trames” à l’inverse de l’équipement précédent. En fait, les véritables tests, Maurice Bensimon les avait réalisés bien avant que sa Platinum ne lui soit livrée. ”Comme tout le monde, j’ai essayé la machine, en show-room, avec des fichiers difficiles. Par conséquent, lorsqu’elle est arrivée ici, je ne me suis pas précipité pour la tester à nouveau ! Par contre, nous avons eu à réaliser des réimpressions et nous avons pu immédiatement comparer le gain en qualité. Comme l’UltraStream, la Platinum sait bien traiter les benday. Les travaux ont gagné en douceur, disent nos clients”. Et la productivité ? "La nouvelle interface fait économiser du temps et des procédures. La machine dispose de 60 Go de mémoire, si bien que les fichiers peuvent être sauvegardés avec les réglages du BàT. La capacité de stokage est illimitée et l’espace disque permet de stocker automatiquement et d’imprimer sans interruption les fichiers de faible volume qui sont l’essentiel de la cible visée. La procédure de rippage est allégée, etc. Tout cela est nouveau et nous offre la capacité de réaliser une centaine de fichiers à la journée.” Le finition et la maintenance : obligatoires Le passage par un investissement dans un outil de finition était obligatoire. ”Soustraiter aurait entraîné un surcoût démesuré comparé à l’importance des dossiers d'impression” explique Maurice Bensimon. Combien ? De l’ordre de 15 euros pour un dossier d’une valeur de 90 euros. Sans compter que ce ne serait pas logique dans une démarche d’impression rapide”. PPI a donc investi dans un véritable massicot droit d’imprimeur, un outil de perforation et un autre pour l’emballage sous film. Un investissement qui est partie prenante de l’investissement global, financé par un contrat de location classique de 48 mois. Contrat de maintenance classique également : un coût à l’exemplaire produit, incluant les consommables, hors papier. Il est clair que, pour Maurice Bensimon, la Platinum correspond à ce qu’il recherchait : ”elle représente bien une machine intermédiaire entre l’E-Print 1000 Pro et l’UltraStream”. C’est d’ailleurs une UltraStream que le gérant de PPI rêveraît de pouvoir budgéter dans un avenir aussi proche que possible. A moins que ce ne soit une deuxième Platinum...
Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...