Emballage : Otor sous le coup d’une OPA ?

Craignant d’être dépossédés par le fonds Carlyle, les actionnaires du groupe français d’emballage intentent un procès à leur partenaire pour vices dans le pacte d’actionnaires qui les lie.

L'éventualité est bien réelle, en effet, si Carlyle persistait à vouloir convertir par anticipation ses obligations. Cette opération lui assurerait le contrôle d’Otor et Carlyle l’a déjà tentée voici six mois. Le groupe cartonnier est filiale à 80 % d’Otor Finance dont les actionnaires sont le fonds américain, à hauteur de 21 %, et, pour 79 % des parts, les deux fondateurs, Jean-Yves Bacques et Michèle Bouvier. Il semble, de fait, que Carlyle soit très peu satisfait de la rentabilité d’Otor et qu’il ait décidé d’en prendre le contrôle en convertissant quatre ans avant l’échéance normal de 2006 – le pacte d’actionnaires lui en donnerait le droit – ses obligations en actions du holding. Otor a vu son chiffre d’affaires se stabiliser en 2001 à 412 millions d’euros mais les objectifs de résultat convenus n’auraient pas été atteints. D’où la démarche de Carlyle. Si cette dernière réussissait, le fonds américain transformerait l’essai en lançant ensuite une offre publique d’achat (OPA) sur le cartonnier. Cette dernière porterait plus précisément sur les 20 % de parts encore entre les mains de petits actionnaires.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...