Emballage : Otor redresse la barre

En 2001, le groupe papetier et cartonnier est passé de pertes à profits. Il se désendette progressivement.

Le résultat net a atteint 4,1 millions d'euros, résultat exactement symétrique aux 4,2 millions d'euros de pertes nettes que déplorait Otor à la fin de l'exercice 2000. Le seul résultat d'exploitation fait, pour sa part, un bond de 74,5% à 24,1 millions d'euros. La stabilité des prix dans les trois secteurs d'activités du groupe que sont le papier pour ondulé, le carton ondulé et la récupération des papiers et cartons a joué un grand rôle dans ce redressement. Le chiffre d'affaires est, en effet, demeuré stable à 412,5 millions d'euros. Dans ce contexte, Otor va poursuivre la tendance au désendettement qui a été initialisée en 2001 avec un recul de ce dernier à 28 millions d'euros en 2001. Le conflit avec le fonds d'investissement Carlyle, désireux de prendre à Jean-Yves Bacques, le pdg, et à Michèle Bour, dg, leur leadership, compliquera néanmoins quelque peu la bonne marche des affaires du groupe.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...