Un nouveau CtP pour plaques conventionnelles

Le fournisseur canadien Escher-Grad est - après Basysprint et Esko - le troisième à proposer un tel équipement. Il l'a baptisé Cobalt Ultra. Disponible en grand et très grand formats uniquement.

Le Cobalt Ultra a été présenté lors du dernier Ipex - qui vient de fermer ses portes. Il existe cependant depuis déjà plusieurs mois. L’étape des sites bêta est passée. Les premiers exemplaires de la machine ont achevé leurs tests industriels. Les livraisons commerciales vont pouvoir commencer avant l’été. Comme les modèles de Basysprint, innovateur dans ce domaine, et, plus récemment, d'Esko Graphics, le Cobalt , qui existe en version alimentation manuelle uniquement, reste un investissement lourd : 250 000 dollars (soit 305 000 euros) pour un 8 poses, le double pour un 32 poses. La technologie Ultra est une technologie optique. Le laser argon-ion conventionnel 355 nm émet 2 watts de puissance. Les laser de ce type présentent, rappelons-le, deux particularités. Ils doivent être rechargés en argon tous les deux ou trois ans. Ensuite, ils émettent en continu. De ce fait, il doivent être obligatoirement accompagnés de systèmes modulateurs, c’est-à-dire qui permettent de moduler le rayon, de l'"éteindre" et de l’ "allumer" quand nécessaire. Le modulateur d’Escher-Grad, pour sa part, met en oeuvre un liquide à travers lequel passe le rayon et dont le pouvoir de diffraction est utilisé pour diriger ce rayon soit vers la plaque soit vers un système de récupération de chaleur. La productivité du Cobalt Ultra est, à 2400 dpi pour 5 millijoules d'énergie nécessités, de 20 plaques 8 poses à l'heure.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...