Heidelberg sacrifie une partie de ses activités prépresse

Le développement et la construction des scanners et de la quasi totalité de la gamme de flasheuses sont abandonnés. Le constructeur allemand préfère recentrer Kiel sur les logiciels de flux de production et sur les CtP. La décision était attendue et elle est logique.

Une grande partie des produits du prépresse - dont les scanners - est désormais perçue comme un secteur de commodités, de matériels de grande consommation, autrement dit à pauvre valeur ajoutée.

En 2001, le marché des scanners, toutes catégories confondues, a, de plus, chuté de 20 % et celui des flasheuses, dans certains cas, de 30 %. Heidelberg va donc cesser la production des scanners Linoscan, Nexscan et Primescan, ainsi que, dans la famille des flasheuses et CtF, celle des Duosetter, Quicksetter 460 et Quicksetter 46.

La décision des dirigeants d'Heidelberg de se retirer des segments faibles s'accompagne donc de mesures tendant à spécialiser le site de Kiel dans des activités beaucoup plus porteuses : les presses numériques couleurs de la gamme NexPress, les solutions de flux de production et les CtP. Un plan social, prévoyant la suppression de 200 emplois environ dans les mois qui viennent a également été décidé sur le site de Kiel dont les effectifs atteignent 1 500 employés. Cependant, une soixantaine seront créés dans le même temps pour pouvoir assurer la production des presses numériques NexPress.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...