Imprimerie Léonce Deprez : des agressions en cascades

Entre le 28 décembre et le 16 avril, les salariés de la SCIA - filiale de ILD en liquidation judicaire - ont “débarqué” à huit reprises sur le site de Ruitz quand ce n’était pas au domicile d’un cadre dirigeant. En laissant quelques traces de leur passage. Le film des événements.

Tout a commencé le :

  • vendredi 28 décembre 2001 - Les salariés de la SCIA arrivent à 18 heures et aspergent d’encre la façade de l’usine et la voiture du pdg Léonce-Michel Deprez;
  • dimanche 30 décembre 2001 - Une vingtaine de personnes cagoulées s’attaque à l’usine : projection d’encres sur les murs, fenêtres et portes, huile et clous sur les voies d’accès et parkings;
  • jeudi 21 février 2002 - Feu de palettes devant l’accueil dont la porte d’entrée se fend sous l'effet de la chaleur, projection de boue sur les murs et les fenêtres, projection d’encre sur des stocks de papier vierge;
  • dimanche 24 février 2002 - Le domicile du directeur commercial d’ILD, Patrice Chaumeron, reçoit la visite d’un groupe important d’employés de la SCIA qui procèdent à un véritable saccage de baies vitrées;
  • jeudi 28 février 2002 - Des milliers de tracts imprimés à la SCIA viennent joncher le site de Ruitz. Un feu de pneus est allumé sur les voies d’accès;
  • vendredi 8 mars 2002 - Barbecue de la SCIA sur le site de Ruitz, papiers gras à l’appui;
  • lundi 18 mars 2002 - Le feu est mis aux barrières de protection. Une pluie torrentielle vient aussitôt l’éteindre;
  • mardi 16 avril 2002 - Comme nous l'avions déjà relaté, une soixantaine de personnes étrangères à l’entreprise pénètrent par effraction dans l’imprimerie et s’y barricadent. La situation est dantesque lorsque le siège est levé en fin d’après-midi : palettes de magazines prêts à partir saccagées, clés des transfos et des véhicules volées, cartes de rotatives subtilisées, etc.
Le préjudice causé par ces épisodes violents - plus de 230 000 euros de dégâts sans compter un millier d’heures de travail perdu - a fortement ému le personnel de l’imprimerie de Ruitz qui, conscient des problèmes que vivent actuellement leurs collègues de la SCIA, n’admettent cependant pas leur comportement. "Nous ne laisserons pas nos vies, nos familles, notre avenir professionnel, être pris en otages” affirment-ils dans un 4 pages imprimé cette semaine sur les presses de Ruitz. L’Imprimerie Léonce Deprez emploie 150 personnes environ.

Plus d'articles sur les chaînes :

Pas-de-Calais
Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...

IMPRIMERIE LEONCE DEPREZ recrute

Actualités de l'entreprise