Handiprint accusée de fraude, le PDG dénonce une énorme fake news

Selon Anticor, le groupe Lecaux aurait remporté des marchés en détournant la loi sur l'emploi des personnes en situation de handicap.

Vincent Levieux, le PDG président du groupe d’imprimeries Lecaux, dont Handiprint est une filiale, a répondu dans un communiqué à une plainte de l’association Anticor.

Selon Anticor, le groupe Lecaux aurait remporté des marchés en détournant la loi sur l’emploi des personnes en situation de handicap. Gilles Mendes, un ancien salarié de l’entreprise adaptée Handiprint est à l’origine de ces accusations.

D’après Gilles Mendes, le groupe d’imprimeries Lecaux aurait décroché de nombreux contrats de sous-traitance grâce à sa société Handiprint, tout en faisant réaliser les travaux par ses autres filiales.

Le PDG du groupe Lecaux, dénonce quant à lui, « une énorme fake news, destinée purement et simplement à nuire », et pointe du doigt les conséquences économiques « graves » qui en résulte.

Depuis les allégations de Gilles Mendez, diffusées sur internet en 2014, Handiprint dit avoir subi tous les contrôles de l’état possibles sans que rien ne vienne étayer les accusations.

Handiprint précise avoir déposé plainte contre l’association Anticor et contre Gilles Mendez pour « dénonciation calomnieuse ».

Vincent Levieux explique :

« Ce monsieur s’est auto-désigné “lanceur d’alerte” et a inventé une histoire de mise en place d’un système de fraude aux cotisations Agefiph contre nous, et pour se crédibiliser il a saisi Anticor, qui a repris sans aucune vérification, ses inventions mensongères. Ils nous accusent de choses que nous n’avons pas faites. »

La loi en faveur de l’emploi des travailleurs handicapés oblige les entreprises de plus de 20 salariés à embaucher au moins 6 % de personnes handicapées.

Les entreprises qui n’atteignent pas ces objectifs ont deux possibilités : soit elles versent une contribution à l’Association de gestion du fonds pour l’insertion professionnelle des personnes handicapées (Agefiph).

Soit elles ont recours à une entreprise adaptée (entreprise employant au moins 80 % de personnes handicapées) comme prestataire ou sous-traitant, ce qui leur permet de réduire de 50 % les contributions dues à l’Agefiph.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...