La finition selon Heidelberg (vol. 2) : la première encarteuse-piqueuse CIP3

La Stitchmaster ST 400 est la dernière-née des encarteuses-piqueuses de Heidelberg. Liaison CIP3 et préréglage général de la machine sont ses premières qualités.

Pour la première fois, Heidelberg parvient à amener le flux de données jusqu’à la finition. La ST 400 accepte, en effet, les données directement issues de la production pour effectuer son propre préglage. Toutes les informations arrivent sur une station Windows NT intégrée et sont rendues disponibles via un écran tactile.


La ST 400 est destinataire des données de la production via CIP3.


Un écran tactile donne accès aux informations de production.
Fonction désormais traditionnelle sur toute presse offset évoluée, les données récoltées lors des travaux sont enregistrables et autorisent, notamment, les statistiques et des réglages ultérieurs rapides lors de travaux répétitifs. Le système peut stocker les données de production. La machine en détail La ligne de fabrication offre un aspect somme toute traditionnel pour une encarteuse-piqueuse. A savoir, principalement : les margeurs cahiers et couvertures, le bloc piqûre, un massicot trilatéral et un stacker. Mais, à y regarder de plus près, la ST 400 fourmille de perfectionnements intéressants. Les margeurs A4, horizontaux ou verticaux, sont équipés de servomoteurs directement inspirés de la technologie installée sur les presses offset de la marque. Ils sont amovibles, déplaçables à volonté avec une grande facilité. La machine accepte actuellement 16 de ces margeurs au maximum.


Les margeurs sont interchangeables sans aucune difficulté.


La stabilisation du bloc piqûre fait appel à un rail.
Le margeur de couvertures fait également fonction de plieur. En équiper totalement la machine peut être envisagé, dans certains cas de courts tirages par exemple, pour supprimer totalement l’étape préliminaire du pliage. Le bloc piqûre, équipé de deux ou quatre têtes, a fait l’objet de beaucoup d’attention. Il est interchangeable, sans interruption de la production, grâce à un dispositif original mais simple. Et, surtout : le mouvement horizontal du bloc est assuré et stabilisé par un rail de façon à respecter une grande synchronisation à haute vitesse. Le massicot trilatéral a été conçu pour un meilleur respect du produit. La coupe est toujours frontale d’abord puis en tête et pied mais la nouveauté réside surtout dans l’entraînement séquentiel des courroies dont la vitesse est adaptée et réduite lorsque le produit arrive en butée.


Le massicot trilames participe au préréglage général de la machine.
Le stacker est, lui-aussi, bien entendu, parfaitement intégré au système de préréglage automatique. Ainsi équipée, la ST 400 produit à une cadence maximale de 14 000 exemplaires à l’heure.
Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...