Accusée de fraude, Handiprint est innocentée par la justice

Après une enquête de la Brigade financière, la plainte a été classée sans suite le 21 février 2019.

« Enfin, la justice met un terme à ce qui aura été pour nous une épreuve. Le Parquet a tranché : nous avons été calomniés indument », déclare soulagé Vincent Levieux, fondateur de Handiprint, et dirigeant du Groupe Lecaux Imprimeries.

En octobre 2018, l’association Anticor, dont la mission est de lutter contre la corruption, avait transmis au parquet de Cherbourg un signalement pour détournement de la loi sur le travail des personnes handicapées.

Selon l’association, le groupe Lecaux avait remporté des contrats de sous-traitance grâce à sa société Handiprint, tout en faisant réaliser les travaux par ses autres filiales. Gilles Mendes, un ancien salarié de l’entreprise adaptée Handiprint, filiale du Groupe Lecaux Imprimeries, était à l’origine de ces accusations.

Le PDG du groupe dénonçait quant à lui en décembre « une énorme fake news, destinée purement et simplement à nuire ». La justice vient de lui donner raison.

L’imprimeur va porter plainte

Après une enquête de la Brigade financière, la plainte a été classée sans suite le 21 février 2019. L’enquête a démontré que les infractions dénoncées n’étaient pas caractérisées.

Mais le patron de Handiprint ne compte pas en rester là et annonce son intention de porter plainte.

« Nous poursuivons pour dénonciation calomnieuse, diffamation et divulgation de fausse nouvelle le principal instigateur, et tous ses relais. L’ancien salarié s’était auto-proclamé “lanceur d’alerte”, dénomination bien facile, pour camoufler une véritable campagne personnelle de destruction, faite pour nuire, juste pour nuire. »

Vincent Levieux estime la perte de chiffres d’affaires résultant de cette affaire à entre 200 000 et 300 000 euros. Il se déclare néanmoins confiant en l’avenir.

« Cet épisode noir est maintenant derrière nous. Nous allons passer à une offensive commerciale forte dans les semaines qui viennent. Nous allons reconquérir des marchés que nos concurrents nous ont pris, surfant sur la rumeur. Nous allons rassurer nos clients. Nous allons continuer à investir dans de nouvelles machines. Nous allons continuer à engager des travailleurs en situation de handicap, car c’est le fil rouge de notre projet d’entreprise. »

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...