Point de vue / Les étiquettes, le secteur innovant de l'emballage selon Bobst

Federico D'Annunzio, responsable Bobst-Mouvent de l'impression hybride numérique pour étiquettes et emballages

Federico D'Annunzio de Bobst-Mouvent présente et décrypte 4 tendances qui montrent que les étiquettes sont les championnes de l'innovation dans l'industrie de l'emballage.

Le marché mondial de l'impression d'étiquettes est en croissance (évalué à 36,98 milliards de dollars en 2017, il devrait atteindre 45,22 milliards de dollars d'ici 2022) et cela s'explique par le nombre en hausse de références de produits, de la forte réduction du tirage moyen imprimé et du cycle de vie des produits fabriqués en série, et des changements constants des règles sur les produits.

Mais pour Federico D'Annunzio, responsable Bobst-Mouvent de l'impression hybride numérique pour étiquettes et emballages, cette hausse s'explique également par le fait que les entreprises spécialisées dans l'impression d'étiquettes ont accepté d'évoluer et d'expérimenter de nouvelles méthodes d'impression et de conversion. "Nous assistons donc depuis quelques années à une diversification de types et de formats d'étiquettes". Et Federico D'Annunzio identifie quatre facteurs qui démontrent l'innovation en cours dans l'étiquette et analyse leur impact potentiel sur le marché.

L'alliance de l'analogique et du numérique

Le secteur de l'étiquetage a été l'un des tout premiers à adopter l'impression numérique en raison des tirages plus courts, des emballages plus personnalisés, une durabilité accrue et des moyens de se démarquer de la concurrence. Aujourd'hui, d'autres secteurs de l'emballage suivent eux aussi cette tendance - une forte croissance du numérique pour les emballages en carton plat ou carton ondulé et les emballages flexibles est attendue - et le nombre d'installations de presse numériques à laize étroite a dépassé celui des imprimantes flexo.

"Le numérique représente une manière entièrement nouvelle de gérer les travaux, du fichier au produit fini, et peu à peu, il permettra aux entreprises d'explorer de nouvelles frontières en termes de qualité, de productivité et de façon plus générale, de gestion des flux de travail.  

De plus, le "produit numérique" en ligne prend chaque jour plus d'importance ; des logiciels sophistiqués permettent aujourd'hui de gérer une part de plus en plus grande des processus de conception, de validation et de marketing à l'aide du produit numérique. Ce phénomène va modifier la dynamique de travail entre les convertisseurs/les imprimeurs et les propriétaires de marques, car il nécessitera une collaboration digitale tout au long de la chaîne de production."

L'impression analogique convient bien aux tirages moyens ou longs, et continuera à représenter une part importante de la production mondiale.

La montée en puissance de la personnalisation et des étiquettes premium

De plus en plus de marques ont recours à des campagnes ciblées, qui sont des campagnes généralement premium et avec un retour client plus important. Les fabricants utilisent différentes finitions (dont l'estampage à chaud, la dorure à froid et l'héliogravure) pour assurer ce ROI et obtenir un effet plus impactant.
"Cette évolution permettra sans doute une meilleure adéquation entre les technologies traditionnelles flexo, à gamme chromatique étendue (ECG) et les techniques d'impression numérique dans l'ensemble du secteur, qui devra les utiliser de manière optimale pour répondre à la demande croissante d'étiquettes."

L'exigence d'une meilleure maîtrise des couleurs

"Les marques exigent à juste titre des couleurs uniformes. Elles savent qu'inconsciemment, leurs clients recherchent dans l'emballage et l'étiquette des signes de qualité, et que par conséquent, tout manque d'homogénéité en termes de couleurs de la marque peut donner une impression négative."

Cette demande d'uniformité des couleurs explique la montée en puissance de l'impression de gamme chromatique étendue (EGC) qui permet de reproduire plus de 90 % du nuancier Pantone contre 60 % avec une impression quadri. (L'impression ECG utilise trois encres supplémentaires – l'orange, le vert et le violet [OVV] – en plus des couleurs classiques [CMJN]).

"La répétabilité et l'uniformité sont les deux besoins clés du secteur (…)  Les marques veulent une uniformité des couleurs à l'échelle mondiale, quelle que soit la localisation géographique de leurs fournisseurs. Et les convertisseurs ont été agréablement surpris par les effets qui leur permettront de répondre à cette demande. Ils perçoivent également les avantages immédiats, en termes de flexibilité et de rapidité de commercialisation, qu'offre l'utilisation combinée de la technologie ECG et de l'automatisation numérique des presses flexo."

Le boom de l'automatisation

La demande croissante de tirages plus courts, la réduction des délais et la flexibilité conduisent les fabricants vers l'automatisation des travaux d'impression.

Ce développement de l'automatisation a un impact sur le type de personnel. "Les spécialistes de la préimpression et les différents acteurs de la chaîne d'approvisionnement joueront un rôle croissant pour éviter les goulots d'étranglement et garantir un flux de travail automatisé harmonieux."

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...