UPM ferme une machine : 155 licenciements

La fermeture de la plus ancienne machine doit augmenter la compétitivité du groupe.

Le groupe finlandais papetier UPM Communication Papers va fermer définitivement la machine à papier 10 à l'usine de Plattling, en Allemagne. Il indique souhaiter "accroître encore la compétitivité-coûts de l'industrie du papier et réduire la capacité de papier couché en Europe d'environ 155 000 tonnes". 155 sur 590 salariés sont touchés par cette mesure effective mi-juillet 2019. La production de papier non couché sur les machines restantes la 1 et la 11 sera poursuivie.

Cette décision est basée sur le plan annoncé en avril 2019. "Les marchés mondiaux du papier sont en baisse constante depuis 10 ans. UPM Communication Papers a réagi à cette évolution par des réductions sélectives de capacité, en tenant toujours compte de la compétitivité de notre activité – et nous continuerons à le faire à l'avenir", expliquait Winfried Schaur, vice-président exécutif de UPM Communication Papers.

"UPM Communication Papers a maintenu sa position de fournisseur leader de papier pour magazines dans le monde. Parmi nos machines mécaniques d'enduction européennes, la PM 10 de Plattling a la capacité la plus faible et la technologie la plus ancienne", ajoutait Ruud van den Berg, vice-président de Magazines, Merchants and Office Business de UPM Communication Papers. 

En mars dernier, c'est le groupe papetier Stora Enso qui a annoncé une réduction jusqu'à 400 employés de son usine située à Oulu en Finlande, afin de s'adapter à la baisse de la demande de papier sans bois couché.
 

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...